🇧🇪 #Bruxelles Le suspect qui transportait des bonbonnes de gaz, déjà condamné pour terrorisme, remis en liberté.

Le suspect qui était entendu pour déterminer pourquoi il transportait des bonbonnes de gaz découvertes à Bruxelles jeudi a été remis en liberté ce vendredi.

Le conducteur d’un véhicule utilitaire dans lequel deux bonbonnes de gaz suspectes avaient été découvertes jeudi à Bruxelles, déjà condamné pour terrorisme, a été remis en liberté vendredi, a annoncé le parquet de la capitale belge.

« Le parquet peut confirmer que M.A. a été relaxé (remis en liberté, selon la terminologie belge) en début d’après-midi », a indiqué un porte-parole du parquet, Denis Goeman, précisant qu’« aucun élément susceptible de justifier une mise à l’instruction ou la délivrance d’un mandat d’arrêt n’a été découvert ».

Plus tôt dans la journée, le parquet avait déjà indiqué que les bonbonnes de gaz, à l’origine du bouclage d’un quartier pendant plusieurs heures, étaient probablement destinées à un usage domestique, comme l’avait affirmé le suspect.

Déjà condamné pour terrorisme

Les forces de l’ordre avaient été d’autant plus prudentes que l’homme en question, né en 1989, avait été condamné en 2016 par la Cour d’appel de Bruxelles à cinq ans de prison, en partie avec sursis, « pour avoir participé à l’activité d’un groupe terroriste ».

Selon une source proche du dossier, il était un « ami proche » de Najim Laachraoui, l’un des deux kamikazes liés à l’organisation État islamique qui se sont fait exploser le 22 mars 2016 à l’aéroport de Bruxelles. Il avait lui-même tenté à deux reprises de se rendre en Syrie, sans y parvenir, selon la même source.

Lire aussi :  🇫🇷 #Terrorisme L'ancien commando invente une protection anti-terroriste infranchissable aux véhicules.

Des policiers l’avaient contrôlé jeudi après qu’il eut brûlé un feu rouge dans le quartier de la Porte-de-Hal, à proximité de la gare du Midi. Ils « ont alors constaté la présence de deux bonbonnes de gaz dans le véhicule » et « ont procédé à la privation de liberté du conducteur ».

Du gaz à usage domestique

Par précaution, un large périmètre de sécurité avait été mis en place autour du véhicule : le quartier avait été bouclé, le métro ne marquait plus l’arrêt et les habitants s’étaient vu interdire de rentrer chez eux. Appelés sur place, les services de déminage de l’armée avaient établi que l’une des bonbonnes était remplie et l’autre vide et aucun détonateur n’avait été retrouvé.

Lire la suite : bit.ly/2mjI…