🇫🇷 #Bobigny La facture salée de l’après-manif pour #Théo, dépassant les 300.000€.

Combien ont coûté les dégradations urbaines qui ont eu lieu à Bobigny en marge de la manifestation du 11 février, contre les violences policières ? Un mois après, voici une première estimation de la facture. Causés par une minorité de casseurs, supportés par les assurances, les actes de malveillance ont cependant laissé des traces, en particulier pour certains commerçants.

– 276 000 € pour le Département. Deux bâtiments abritant diverses administrations du conseil départemental ont subi des actes de vandalisme. Situés au pied de la passerelle piétonne menant au tribunal, sous laquelle se tenait le rassemblement, ces immeubles étaient exposés directement aux jets de projectiles divers. Au total, 117 vitres brisées ont dû être changées.

– 45 000 € pour la ville. Effraction au sein de l’école Paul-Eluard, vitres et pare-brise d’une voiture de la police municipale cassés, dégâts sur certains feux de circulation et lampadaires, nettoyage et réfection de quelques secteurs de la voirie… La municipalité de Bobigny a évalué à 45 000 € le montant de la remise en état. A cette somme s’ajoute l’estimation de 10 000 €, pour les dégradations commises sur le mobilier urbain publicitaire.

Lire la suite : bit.ly/2lGm…