🇫🇷 #Essonne Les «caillassages» de policiers en pleine recrudescence.

Cette recrudescence des attaques sur les policiers dans les quartiers sensibles de l’Essonne ces trois dernières semaines. Douze épisodes de violences urbaines ont été recensés à Etampes, Les Ulis, Draveil, Montgeron, Brunoy, mais surtout à Corbeil-Essonnes, comme l’illustrent les deux procès qui se sont tenus ce mercredi.

« Les guet-apens et les caillassages, ça a toujours été la spécialité, la signature des Tarterêts », soulignent des gradés de la police à propos de ce quartier de Corbeil. A tel point que certains se sont même résolus à s’acheter des casques sur leurs deniers propres, ceux qui leur sont fournis ne les satisfaisant pas. « C’est dû à la configuration des lieux avec des rues étroites où on peut bloquer des voitures de police, reprend un fonctionnaire. Et puis il y a aussi la désorganisation du trafic de stupéfiants. Il y a moins de discipline que d’autres quartiers. » Claude Carillo du syndicat de police Alliance embraye : « Aux Tarterêts, depuis des générations on inculque aux plus jeunes que l’envahisseur c’est la police. Et comme la nouvelle génération est ultra-violente, ça donne ce résultat. »

« Tous les jours il y a des projectiles lancés sur des patrouilles »

Les récentes flambées de violences urbaines, seraient en partie constituée de représailles après des saisies de stupéfiants, mais pas seulement : « Il y a une question de suprématie et un phénomène d’imitation. Si on parle de Grigny [NDLR : qui a été l’objet de toutes les attentions après l’attaque de policiers au cocktail Molotov le 8 octobre dernier], ils en remettent une couche à Corbeil. Ils ont soif de combat, c’est leur jeu, une sorte de Call of Duty (NDLR : un jeu vidéo de guerre) version réelle », soupire un membre de la brigade anticriminalité (Bac) locale. « Tous les jours il y a des projectiles lancés sur des patrouilles, note Hanem Hamouda, la commissaire de Corbeil. Les jeunes essayent de nous décourager parce qu’on dérange leur business.»…

Lire aussi :  🇫🇷 #SalonDeProvence Le calvaire des habitants d'une cité gangrénée par le trafic de drogue.

Lire la suite : bit.ly/2kuE…