🇫🇷 #HautsDeSeine Des habitants de #Malakoff squattent leur hall pour faire fuir les dealeurs.

Contre les squatters, ils ont décidé… de squatter eux-mêmes leur hall d’immeuble ! Depuis deux semaines, les habitants de l’immeuble du 28, boulevard Stalingrad, à Malakoff (Hauts-de-Seine), ont décidé d’occuper l’entrée de leur bâtiment, tous les soirs, de 18h30 à 20h30. Las de voir le lieu investi par des groupes de jeunes, pour – la plupart du temps – s’y livrer au trafic de stupéfiants.
«Tous les jours, ça squatte, ça fume, ça dégrade et ça fait du bruit, explique une habitante de cet immeuble de quinze étages. Il y a une odeur de drogue, certaines personnes âgées n’osent pas sortir…» Un petit groupe de résidants a donc décidé de s’installer sur place et «d’empêcher les dealeurs de rentrer». Plusieurs fois, certains locataires y restent même jusqu’à 22 ou 23 heures le soir.

Ce dimanche, à 18h15, les locataires descendent, un à un, dans le hall. «En général on est une vingtaine, mais là, c’est dimanche», sourit Béatrice. Comme d’habitude, la petite dizaine d’habitants guette les allées et venues. «Au départ nous les empêchions d’entrer. Ils nous ont nargués quelques fois, mais maintenant, ils ne viennent plus quand nous sommes là», raconte Catherine Fournier.

«Je trouve cela lamentable d’en arriver là pour être écoutée»

Habitante de l’immeuble depuis 30 ans, elle se dit « excédée » par cette situation. « Je trouve cela lamentable d’en arriver là pour être écoutée, souffle-t-elle. J’ai autre chose à faire de mes soirées ! » S’ils se disent « fatigués » et « à bout de nerfs », ils ne lâcheront pas pour autant. Quitte à recevoir des menaces de représailles. « Tout le monde y pense, forcément… soupire Tayeb. Certains refusent même de descendre pour ça ». Mais la médaille a aussi son bon revers. « Cela nous a permis de mieux se connaître, on a pris rendez-vous pour la fête des voisins », rigole Catherine.

Lire la suite : bit.ly/2n4V…