🇫🇷 #Lille Quatre individus tabassent à coups de pieds, de poings et de barre de fer deux hommes. 2 ans de prison.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux hommes passablement éméchés ont eu le malheur de croiser quatre jeunes, place Vanhœnacker. Le duo a fini à terre, à force de coups de pieds, de poings et de barre de fer.

« Alors, barre de fer ou pas barre de fer ? » « Barre de fer… » L’échange entre le président Mikaël Simoëns et le jeune prévenu aura le mérite de la clarté.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux hommes passablement éméchés quittent un bar de la rue Montaigne, dans le quartier de Moulins. À hauteur de la place Vanhœnacker, le duo croise une bande.
Qui a excité qui en premier ? D’où est partie la première salve d’insanités ? Toujours est-il que lorsque la police arrive quelques minutes plus tard, la paire de buveurs est au sol. L’un a les deux avant-bras brisés, sans oublier une fracture de la mâchoire. L’autre s’en tire un peu mieux. En sang, mais moins abîmé. Arrivés en force, les équipages de police ont mis la main sur les quatre suspects.

Face aux juges, ces quatre très jeunes gens (de dix-huit à vingt-et-un an) présentent une particularité. L’un a déjà eu maille à partir avec la justice, mais les casiers judiciaires sont vierges.

Lire aussi :  🇫🇷 #Paris Un court-circuit provoque un mouvement de panique sur la ligne 12 du métro.

« Ils voulaient de la drogue »

À eux d’expliquer pourquoi, après avoir inondé leurs victimes de coups de pieds, de poings et -donc- de barre de fer, ils ont massacré la Clio de leur cible au pavé et à la brique. « Les violents, ce sont eux, assure pourtant Jordan Class-Tossou, défendu par Nicolas Thomas. J’ai failli prendre un coup de couteau. Eux voulaient de la drogue, on a dit «Non». »
« Ils étaient vraiment très alcoolisés », insiste Ayraul Bweya, sanglé dans une veste garnie de tête de mort style drapeau pirate.

Lire la suite : bit.ly/2m0V…