🇫🇷 #Paris Interpellation de cinq individus avec une arme de poing calibre 9mm, près des Champs-Élysées.

Cinq personnes, trois hommes et deux femmes sont en garde à vue après leur interpellation dans la nuit de jeudi à vendredi dans ce haut lieu des nuits parisiennes, à deux pas des Champs Elysées.

C’est la rue de tous les dangers, la rue des règlements de compte à la Kalachnikov le week-end à la sortie des discothèques, des boîtes échangistes et des bars à strip-tease !

La sulfureuse rue de Ponthieu (VIIIe), derrière les Champs-Elysées, est dans le collimateur des policiers, du procureur de la République, de la préfecture de police et de Jeanne d’Hauteserre, la maire (LR) du VIIIe. En témoigne cette nuit de jeudi à vendredi qui a encore été agitée.

Ce vendredi matin, six personnes, trois hommes et deux femmes, sont en garde à vue. Vendredi, à 4 h 30 du matin, les policiers de la BAC (brigade anticriminalité) du commissariat du VIIIe ont interpellé ces cinq personnes. Un peu plus tôt, le commissariat avait été appelé par le Trust, une boîte à « l’atmosphère intimiste à la new-yorkaise ». Un différent avait éclaté dans son établissement de nuit. Les agents de sécurité qui voulaient évincer un client auraient été menacés de mort. « Je reviendrai à six heures du matin pour vous rafaler », les aurait-il prévenus. Les individus sont alors descendus au parking du 60, rue de Ponthieu récupérer leur voiture.

Certains établissements liés au grand banditisme

Grâce au signalement, les fonctionnaires ont repéré les cinq suspects qui sortaient du parking et les ont interpellés plus tard. A l’intérieur de la Polo noir, ils ont remarqué une arme de poing semi-automatique chargé. « La saisie d’armes à feu est de plus en plus fréquente dans ce quartier, déplore Yvan Assioma, secrétaire régional Paris du syndicat de police Alliance. Cela devient inquiétant, y compris pour la sécurité de nos collègues. » Par ailleurs, le conducteur n’était pas titulaire du permis de conduire. Un des passagers est porteur de sachets de résine de cannabis. Le magistrat de permanence a été avisé. Le patron du Trust devait porter plainte. L’enquête a été confiée au 1 DPJ (district de police judiciaire).
Lire la suite : bit.ly/2lCD…

Photo Alliance75.