🇫🇷 #Paris Voyageurs poignardés «gratuitement» dans le métro parisien : l’assaillant identifié par la police.

[MISE A JOUR 23.01.17] @jpney diffuse la photo non floutée de l’auteur présumé, toujours recherché par la police.

L’ homme a poignardé ou tenté de poignarder successivement et «gratuitement» des voyageurs qu’il ne connaissait pas dans plusieurs stations de métro entre les Xe et XIXe arrondissements dans la soirée de jeudi. Il est activement recherché.

Ils ont travaillé vite et bien ! Les policiers de l’unité de recherches et d’investigations de la Brigade des Réseaux Ferrés (BRF) ont identifié l’agresseur du métro parisien de jeudi soir. Et il est activement recherché.

Les enquêteurs ont épluché les images de la vidéo surveillance, grâce au signalement fourni par les témoins et victimes. Et espèrent interpeller cet homme qui a poignardé ou tenté de poignarder successivement et «gratuitement» des voyageurs qu’il ne connaissait pas dans plusieurs stations de métro entre les Xe et XIXe arrondissements dans la soirée de jeudi.

«On se dirige plutôt vers un déséquilibré, peut-être un toxico», selon un policier

Tout a commencé à 21h15, dans une rame de la ligne 7, en direction d’Ivry-Villejuif, au niveau de la station Crimée. Un homme porte trois coups de couteau à un jeune homme de 22 ans. La victime était assise tranquillement et écoutait de la musique au casque. L’agresseur, lui, était assis sur un strapontin et semblait agité. A un moment, il se lève, crache à la nuque de sa victime. Cette dernière se lève à son tour et demande des comptes. L’auteur du crachat sort alors un couteau de cuisine « de type steak », précise une source policière, et tente de lui porter des coups. La victime se débat. Sa chance, c’est qu’un voyageur est venu lui prêter main forte. L’agresseur décide de prendre la fuite et descend à la station Château-Landon.« On se dirige plutôt vers un déséquilibré, peut-être un toxico », décrypte un haut fonctionnaire de police.

Lire aussi :  🇬🇧 #AttentatLondres Deux lycéens avaient pris un selfie en 2016 avec Keith Palmer, le policier tué. Ils racontent.

La victime, qui présente une plaie saignante au flanc gauche, est secourue par des témoins et transportée à l’hôpital Lariboisière par les pompiers. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Le même homme repéré à trois reprises

Un peu plus tard, à 22h45, à la station Jacques Bonsergent, un voyageur signale aux agents RATP avoir été agressé par un inconnu qui voulait le poignarder. Le signalement correspond en tous points à celui de l’agresseur précédent. Enfin, troisième épisode : à 0h50, station Gare de l’Est, deux voyageurs relatent aux agents avoir été agressés par un inconnu armé d’un couteau. Là encore, le signalement correspond aux deux autres.

Les policiers ont le signalement précis de l’agresseur : environ 25/35 ans, « cheveux noirs en forme de crête », « dentition très mauvaise », vêtu d’une doudoune bleue à capuche bordé de fourrure et d’un jean baggy. La note envoyée aux services stipule : « à interpeller ». D’urgence.

« Dans la rame, personne n’a bougé ! »
KEVIN, 23 ans

Il a été le seul à lui venir en aide. « Dans la rame, personne n’a bougé. Si tout à la fin, rectifie Kevin, quand la victime, avec moi, a demandé un mouchoir pour éponger le sang ! ». Kevin, 23 ans, Parisien, témoin de l’agression, qui dans la vie s’occupe de rapatriement dans une grande société d’assurances, a fait face à l’agresseur présumé qui a sillonné le métro jeudi soir et agressé des voyageurs avec un couteau. « Quand le métro est arrivé à la station Riquet (XIXe), je suis rentré dans la rame. Les deux venaient de se battre dans le tunnel après Crimée. L’agresseur voulait sortir. Je me suis trouvé face à lui. On s’est regardé. Je l’ai vu ranger son couteau ».
En y repensant, Kevin se souvient que « ce qui m’a choqué, c’est que le mec n’avait l’air ni ivre ni camé mais serein ».
Kevin rentre alors et voit la victime au sol. « Instinctivement, je me suis dit qu’il ne fallait pas le laisser tout seul. Il y avait une dizaine de personnes dans le wagon. Son tee-shirt était plein de sang. Il était en état de choc. J’ai attendu avec lui les pompiers ». Kevin a trouvé « curieux que personne ne tire la sonnette d’alarme ! On n’y a pas même pensé ! ». Depuis, le jeune homme s’est refait le film de la soirée. Kevin aimerait bien revoir la victime, qui s’appelle François. Il a lancé un appel sur sa page Facebook Lire la suite : www.faceboo…

Lire aussi :  🇫🇷 #SeineEtMarne Coups de feu ce dimanche après-midi à Dammarie-lès-Lys : trois blessés dont un grave.

Lire la suite : bit.ly/2kaU…