🇫🇷 #Police Quelques 124.000 policiers vont être formés aux nouvelles règles de légitime défense, avec des vidéos.

Quelque 124.000 policiers vont se former aux nouvelles règles grâce à quatorze scénarios mis en ligne. Pédagogique et choc.

Dans un couloir d’immeuble, un policier en civil qui vient de quitter son service s’apprête à ouvrir la porte de son appartement, lorsqu’il surprend un inconnu déguerpissant de chez sa voisine. Menaçant, ce dernier sort un couteau et avance en vociférant vers le fonctionnaire qui, dos au mur, dégaine son arme. Doit-il ou non tirer? La séquence, stressante et réaliste, dure une poignée de secondes. C’est-à-dire le laps de temps imparti pour une éventuelle riposte. Pour aiguiller la bonne réaction, trois questions simples suivent le scénario. L’attaque est-elle ou non bien réelle ? L’arme blanche que tient ostensiblement l’agresseur est-elle létale ou pas? Le policier peut-il se soustraire à l’attaque ?

Dans cette situation, les réponses affirmatives ouvrent le droit à faire feu en état de légitime défense. Terroriste lancé dans un «périple meurtrier», attaque de commissariat, voiture qui échappe à un contrôle routier, véhicule fou fonçant dans la foule, maîtrise d’un déséquilibré armé d’une hache en pleine rue… Au total, quatorze simulations chocs et pédagogiques vont permettre de former quelque 124.000 agents de la sécurité publique, de la police aux frontières ou encore des CRS aux nouvelles règles de l’usage des armes.

Un cadre commun à celui des gendarmes

L’assouplissement de ces conditions d’emploi, que les policiers appelaient de leurs vœux depuis le drame de Viry-Châtillon, où quatre d’entre eux ont failli périr brûlés vifs dans leur voiture, est entré en vigueur le 28 février dernier. Inscrit dans l’article 435-1 du Code de la sécurité intérieure, le texte offre désormais un cadre commun à celui des gendarmes et des douaniers. Sous condition qu’ils agissent en cas d’absolue nécessité et de manière proportionnée dans l’exercice de leurs fonctions, qu’ils portent un uniforme ou un brassard, les policiers sont autorisés à utiliser leurs armes dans cinq situations.

Lire la suite : bit.ly/2nbV…