🇫🇷 Viol : une victime sur cinq n’a jamais parlé de son agression.

Une étude dévoile la difficulté pour les victimes de viol de déposer plainte et de parler de leur agression.

Le viol reste un tabou pour de nombreuses victimes. Selon une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), une victime de viol sur cinq n’a jamais parlé de son agression et 13% seulement des personnes se déclarant victimes ont déposé plainte.

Qualifié de crime et puni de 15 ans de réclusion criminelle, «le viol est l’agression sexuelle la plus grave et probablement la plus traumatisante pour la victime», relève l’ONDRP dans sa note, et pourtant c’est «l’une des infractions les moins signalées à la police». Environ une victime de viol sur cinq se déplace à la police ou à la gendarmerie pour déclarer l’agression (19%): 13% déposent plainte, 4% font une main courante et 2% s’en tiennent là…

Lire la suite : bit.ly/2lja…