🇫🇷 #SeineSaintDenis La BAC d’#Aubervilliers sous le coup d’une enquête IGPN après une interpellation à #Clichy.

Trois points de suture au cuir chevelu, une dent cassée et un hématome sur le visage. C’est le bilan médical de l’interpellation d’Hicham*, dans la nuit du 3 au 4 février dernier à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), par des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Une bavure présumée qui fait désormais l’objet d’une enquête judiciaire. Mardi dernier, au lendemain de la plainte déposée par ce jeune habitant de Saint-Ouen de 19 ans, le parquet de Bobigny a ouvert une enquête préliminaire pour violence par personne dépositaire l’autorité publique. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie.

La nuit des faits, Hicham circule en voiture avec deux amis dans le secteur de la Porte de Saint-Ouen lorsqu’il aperçoit deux voitures de police rouler à vive allure. « Il y avait aussi un motard en civil qui les accompagnait. Comme on n’avait rien à faire mais qu’on ne voulait pas rentrer, on a décidé de les prendre en filature par curiosité. » Même s’il admet que « ce n’était pas une très bonne idée », l’étudiant en BTS assure qu’il n’a « rien fait de répréhensible » et qu’il n’était « animé d’aucune mauvaise intention ».

« L’un des policiers m’a donné un coup de poing au visage »

Cette « filature » va durer plusieurs minutes. Selon une source proche du dossier, le motard suivi, un adjoint de sécurité du commissariat d’Aubervilliers, n’apprécie guère la situation. Après avoir, dit-il, vainement tenté de joindre police secours, il contacte ses collègues de la BAC qui l’invitent à se rapprocher de leur secteur.

« Vers 2 heures du matin, à hauteur de Clichy, une voiture de police nous a barré la route, détaille Hicham. J’ai immédiatement coupé le contact et levé les bras. Quand j’ai déverrouillé la portière, l’un des policiers m’a directement donné un coup de poing au visage. J’ai réussi à esquiver le deuxième mais après m’avoir sèchement sorti de la voiture il m’a asséné trois coups de matraque sur le crâne. J’ai également été copieusement insulté. »…