🇫🇷 #Perpignan Une trentaine de policiers en arrêt maladie depuis vendredi réclament un nouveau rythme de travail.

Une trentaine de policiers du commissariat de Perpignan sont en arrêt maladie depuis vendredi. Gros mouvement de grogne dans les rangs des brigades de roulement pour protester contre l’actuel rythme de travail.

Le malaise est profond, à en croire Franck Rovira, secrétaire départemental du Syndicat de Police Alliance dans les Pyrénées-Orientales. D’où une action coup de poing engagée en cette fin de semaine pour tenter de faire bouger les lignes. Pour dénoncer les sous-effectifs et surtout un rythme de travail jugé de plus en plus contraignant, Alliance et Police FO soutiennent certains policiers du commissariat de Perpignan qui déposent, de manière collective, un arrêt maladie. Ce que viennent de faire, comme un seul homme, les quelques 30 fonctionnaires qui composent les brigades de roulement. Autrement dit, les policiers qui interviennent lorsque vous composez le 17.

« Nous demandons un week-end sur deux, et un mercredi sur deux pour chaque fonctionnaire »

Un service minimum est mis en place sur le terrain. Ce mouvement n’a pas de conséquences directes sur les interventions. Du moins pour le moment. Car Alliance et Police FO sont déterminés à faire approuver un nouveau cycle de travail par l’administration, avec un jour de présence renforcé, en l’occurrence le vendredi, assorti à des plages de repos plus fréquentes…

Lire la suite : bit.ly/2lnE…