🇫🇷 #Terrorisme Les pompiers de Normandie s’équipent de gilets pare-balles et casques de protection balistique. ..

Pour faire face à la menace terroriste, les sapeurs-pompiers de Normandie s’équipent de gilets pare-balles et de casques de protection balistique. Une recommandation du ministèreDepuis le 1er décembre 2016, les sapeurs-pompiers de la Manche ont reçu des gilets pare-balles et des casques de protection balistique (des casque militaires en métal, ndlr), pour faire face à la menace terroriste et être équipés en cas d’attentat. « La menace évolue, nous devons nous adapter », précise à Normandie-actu le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de la MancheDéjà en place dans la Manche.

C’est sur une recommandation de la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises, sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, que les SDIS de toute la France peuvent s’équiper.

« Attention, nos missions n’ont pas vocation à changer, nous intervenons pour extraire les victimes dans une zone particulière tenue et reconnue par les forces de l’ordre, indique le SDIS de la Manche. Mais comme nous sommes le premier maillon de la chaîne de secours, cet équipement est une protection supplémentaire. Les sapeurs-pompiers ne doivent pas s’exposer aux risques. »

Cet équipement est similaire à celui des forces de l’ordre. Le casque comme le gilet pare-balles peuvent permettre aux secouristes, par exemple, d’éviter une balle perdue.

Par ailleurs, il n’y a pas un équipement pour chaque sapeur-pompier de la Manche, « le but est d’équiper les sapeurs-pompiers qui travaillent le jour J. En espérant que ces équipements ne serviront jamais… »

Les autres SDIS de Normandie se préparent
En Seine-Maritime, le SDIS a aussi reçu ses gilets pare-balles et ses casques. Trois centre de secours du département en seront équipés.

Dans l’Orne et l’Eure, les sapeurs-pompiers devraient recevoir ce nouvel équipement au cours de l’année 2017.

Dans le Calvados, la commande de gilets pare-balles et de casques de protection balistique n’est, pour le moment, pas à l’ordre du jour.

« Nous n’avons pas prévu de nouveaux équipements pour le moment. Mais comme tous les SDIS de France, nous nous entraînons et effectuons des exercices pour préparer une situation comme celle du Bataclan par exemple, explique le service communication du SDIS du Calvados. En cas d’attentat, ce qui est le plus difficile, c’est la gestion de nombreuses victimes dans la simultanéité. Il faut agir vite et en peu de temps. »

Les SDIS invitent par ailleurs les citoyens à se former aux premiers secours, afin de pouvoir aider tout un chacun en cas d’attentat.

Lire la suite : bit.ly/2jYp…