🇫🇷 #Ardennes Il tue le nouvel ami de son ex après lui avoir coupé un doigt et scié une jambe à vif.

Illustration.

Le colosse se venge de son ex-compagne en tuant son nouveau concubin. Il se rend à leur domicile, frappe l’homme, lui sectionne un doigt, lui scie une jambe avant de le tuer. Il chercher ensuite son ex-concubine, qui, dissimulée dans un appentis, appelle les gendarmes selon L’Ardennais.

Deux semaines après le meurtre sordide de Lumes, certains mystères entourant les faits se dissipent peu à peu. S’il ne reste, sur la maison du drame, que les scellés posés par la gendarmerie, à Reims en revanche, l’enquête du pôle criminel semble avoir rapidement avancé.

Mis en examen le jeudi 14 avril, Xavier Gougelet est poursuivi pour assassinat et tentative d’assassinat. Mais dans cette affaire qualifiée dès le départ, à Reims, d’« atypique », il pourrait aussi, aux yeux de certains, devoir rendre compte d’actes de torture et de barbarie.

Le jour du drame, ce colosse de plus d’1 mètre 90 et près de 120 kilos, semble être venu non seulement pour tuer son ex-compagne et son nouveau compagnon, mais aussi pour les faire souffrir.

Libéré en 2015, après avoir purgé une peine pour des violences déjà commises sur elle, l’homme n’aurait pas supporté qu’elle refasse sa vie avec un autre.
Une scène de crime cauchemardesque

Selon des sources proches du dossier, lorsque l’assassin présumé arrive, ce mardi-là, à Lumes, au volant de sa Twingo jaune, il porte un sac contenant plusieurs armes et outils.

Parmi eux : un couteau, un marteau et une scie. Tombant sur Mickaël Labonne, il le frappe de plusieurs coups. Il se rue ensuite dans le jardin pour supprimer sa compagne, âgée de 29 ans, et peut-être ses bébés âgés d’un et deux ans.

Dans une scène digne du film Shining, il passe juste devant elle, cachée avec ses enfants dans un appentis, mais sans réussir à l’approcher.

Alors qu’elle est en train d’appeler les forces de l’ordre, il serait revenu dans la maison et fou de rage, se serait acharné sur le trentenaire au sol. Selon un enquêteur, « il a vraisemblablement torturé sa victime alors qu’elle était encore en vie ».

Il lui aurait sectionné un doigt à vif, avant de commencer à lui scier une jambe, sans y parvenir totalement. Cachée dans le jardin, la compagne l’entend crier : « Tu fais moins le malin maintenant ! »

Quel est le coup fatal qui a vraiment tué Mickaël Labonne ? On l’ignore encore, le parquet de Reims n’ayant pas souhaité s’exprimer sur les résultats de l’autopsie. Une chose est certaine : c’est une scène de crime cauchemardesque qui est apparue aux gendarmes de Flize, à leur arrivée sur place.

Ils ont dû surmonter leur écœurement face au sang déversé, car Xavier Gougelet était encore sur les lieux. Ayant vraisemblablement tenté de se suicider en se donnant plusieurs coups de couteau, ce dernier a pourtant encore eu la force de faire face aux gendarmes.

Ceux-ci ont dû se mettre à plusieurs pour l’immobiliser, et le menacer de faire usage de leur arme tant il se montrait violent.

Que ce soit durant sa garde à vue, à l’hôpital de Reims, ou bien devant le juge d’instruction qui l’a mis en examen, Xavier Gougelet aurait non seulement reconnu les faits, mais les aurait assumés. « Xavier Gougelet revendique son geste », affirment nos sources. « Il ne regrette qu’une chose : ne pas avoir pu la tuer elle aussi. »

C’est ce que disait déjà l’avocat Ahmed Harir, qui défend la compagne, lorsqu’il évoquait « un carnage » . À l’heure actuelle, la jeune femme a trouvé refuge dans une commune de l’est des Ardennes

En savoir plus : bit.ly/2r9X…