🇫🇷 #Reims Une octogénaire tuée de 40 coups de couteau. Un adolescent de 16 ans mis en examen.

Le meurtrier présumé d’une octogénaire, à Reims, nie les faits, alors que enquêteurs disent avoir rassemblé de nombreuses preuves. Le jeune de 16 ans a été mis en examen, ce vendredi, pour meurtre sur personne vulnérable, et écroué. Sa victime a été tuée d’une quarantaine de coups de couteau.

Le jeune homme interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi, à Reims, au sujet du meurtre d’une octogénaire, nie les faits ou se réfugie dans le silence. Les enquêteurs lui ont pourtant montré de nombreuses preuves, qu’ils estiment indiscutables. Le suspect, âgé de 16 ans, a été mis en examen ce vendredi soir pour homicide volontaire sur personne vulnérable, et placé en détention.

Un meurtre d’une violence inouïe

Le corps de la victime, Simone Guillaume, 86 ans, a été découvert chez elle, mardi matin, dans son appartement, dans le quartier Croix Rouge de Reims. C’est son infirmière qui l’a trouvée, baignant dans une mare de sang. Les conclusions de l’autopsie sont impressionnantes. La victime a été frappée d’une quarantaine de coups de couteau, elle avait des traces de strangulation et plusieurs côtes cassées. L’hypothèse d’un cambriolage était évidente, l’appartement étant complètement dévasté. La porte n’avait pas été forcée, et pour cause, puisque la vieille dame avait l’habitude de ne jamais la fermer à clef.

Lire aussi :  🇪🇸 #Espagne Un français interpellé dans une voiture volée avec un arsenal à La Jonquera.

Un suspect rapidement identifié

L’enquête a été confiée au SRPJ de Reims. Sur les lieux, les policiers ont découvert des empreintes de chaussures, et aussi des empreintes digitales. Quant à l’emploi du temps de la victime avant sa mort, il a été facile à reconstituer : la vieille dame avait l’habitude d’aller en tram dans le centre-ville de Reims. Les caméras vidéo des trams ont parlé. Les enquêteurs disposent alors de preuves accablantes.

De nombreuses images

On y voie la victime avec le jeune suspect, à l’aller comme au retour. Visiblement ils ont sympathisé et passé l’après-midi ensemble. Autre image, celle de la caméra à l’entrée de l’immeuble, vers minuit : l’octogénaire rentre chez elle accompagnée du jeune homme qui l’aide à tirer son caddie. Enfin, il y a la vidéo montrant le suspect quittant l’immeuble, seul, vers une heure et demie du matin. Dernière preuve : le témoignage d’un voisin, qui l’a croisé à cette heure-là.

Le suspect nie des évidences, ou se tait

Mais le suspect nie, ou alors utilise son droit au silence qui lui a été expliqué au début de sa garde à vue. Il reconnait juste le cambriolage, explique qu’il est passé par la fenêtre, « comme superman » ce qui semble d’ailleurs impossible. Une maîtrise face aux enquêteurs, une sorte de sang-froid étonnants, par rapport à la violence des faits qui lui sont reprochés. Le procureur de la république, Matthieu Bourrette, exprime d’ailleurs son étonnement. Pendant sa garde à vue, le jeune homme n’a exprimé aucune émotion.

Lire aussi :  🇫🇷 #Justice Un an de prison ferme pour Claude Guéant dans l'affaire des primes au ministère de l'Intérieur.

Le procureur indique que le suspect venait de Marseille, où il fait l’objet d’une procédure judiciaire. Il était à Reims depuis deux semaines, chez un couple qu’il avait rencontré dans le midi, mais qui n’est soupçonné de rien dans cette affaire.

« Un jeune au-delà de la rupture familiale » – Matthieu Bourrette, procureur de la République de Reims

L’adolescent est en déshérence, précise Matthieu Bourrette, il semble qu’il ait pu y avoir un abandon de la part de la mère, et on s’interroge sur la situation du père qui pourrait être en dehors du territoire national.

Lire la suite : bit.ly/2q2e…