🇫🇷 #Sevran Policier attaqué et lynché : «Il a failli mourir, il a tiré pour sauver sa peau» raconte un collègue.

Illustration.

Un policier de la Compagnie de Sécurisation et d’Intervention de Seine-Saint-Denis (CSI 93) a été violemment attaqué et lynché par des dizaines d’individus dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’il se rendait sur une demande de renfort de la part de ses collègues, durement pris à partie dans une cité voisine.

Sans qu’aucun lien puisse être établi avec le décès du motard à Aulnay-sous-Bois, la même nuit, des policiers de la CSI 93 ont été pris dans un guet-apens. Des conteneurs en feu avaient été alignés en travers d’une rue dans le quartier Pont-Blanc. En s’en approchant, des policiers en voiture banalisée ont reçu des pavés et un pied de table métallique.

Une brigade est arrivée en renfort ainsi que six motards de la compagnie de sécurisation du 93. Ces derniers se sont engouffrés dans une rue voisine, ont été visés par des projectiles et ont été victimes d’une tentative d’encerclement relate Le Parisien.

L’un d’eux a chuté. « Les médiateurs de la ville l’ont protégé physiquement », précise le premier adjoint au maire de Sevran, Stéphane Blanchet.

Les policiers ont utilisé des grenades de désencerclement pour faire fuir les assaillants avant de retrouver leur collègue au sol, le visage en sang, son casque fendu, la visière arrachée et à quelques mètres, un jeune homme de 18 ans, atteint d’une balle à l’abdomen, vraisemblablement l’une de celles que le policier a tirées. Le fonctionnaire a vidé huit balles de son chargeur.

C’est à l’IGPN (l’Inspection générale de la police nationale) qu’il reviendra de reconstituer l’enchaînement des faits. « Il a pris un coup de barre à mine sur le casque, il a failli mourir, il a tiré pour sauver sa peau », insiste un policier qui se trouvait sur place. Il a été hospitalisé, en état de choc.

L’état de santé du jeune blessé de 18 ans est jugé instable, sans que son pronostic vital soit engagé. « Personne ne comprend », se désole un habitant. « Mon fils n’a rien à voir avec cette agression, il allait acheter une canette », a dit son père samedi soir. La cellule de veille a été reconduite pour la soirée du 15.

Lire la suite : bit.ly/2tYh…