🇫🇷 13-Novembre : Une fausse victime des attentats condamnée à 6 mois de prison ferme.

par Y.C.
DR

Une fausse victime des attentats du 13 novembre 2015 vient d’écoper de deux ans de prison dont six mois ferme. 

Le verdict vient de tomber. Alexandra Damien, jeune parisienne de 33 ans qui s’était faite passée pour une victime des attentats du 13 novembre 2015 a été condamnée à deux ans de prison dont six mois fermes.

Alexandra Damien, habituée du bar « Le Carillon » devait s’y rendre le soir du 13 novembre 2015. Au dernier moment, un changement de programme l’en a empêché.

Un faux récit

A la suite des attentats, la jeune femme avait assuré sur les réseaux sociaux avoir été blessée au coude par un tir de kalachnikov, exhibant la photographie d’une cicatrice.

Elle avait déposé une plainte et s’était rapprochée de l’association Life for Paris.

Son inscription sur une liste établie par le parquet lui a permis d’être indemnisée à hauteur de 20 000 euros par le Fonds de garantie des victimes du terrorisme et autres infractions pénales (FGTI).

L’association française des victimes du terrorisme (AFVT) pour sa part, lui avait trouvé un stage thérapeutique dans un hôtel de Normandie.

Confondue par ses incohérences

Toutefois, de nombreuses incohérences dans son récit avait attiré l’attention.

Alexandra Damien a fini par passer aux aveux, ce qui l’a conduite devant le tribunal correctionnel pour « escroquerie et faux témoignage ».

Les 18 mois de sursis prononcés sont assortis d’une obligation de soins, de l’indemnisation des parties civiles et de la recherche d’un emploi.

Le fond de garantie relancé 10 fois

Selon l’avocat d’Alexandra Damien, « la justice montre qu’elle peut être intelligente » saluant une « décision équilibrée, modérée ». Selon l’avocat, ce jugement « prend en compte la défense » d’Alexandra Damien, « ses aveux courageux et en même temps la démonstration du fait que la cupidité n’était pas sa ligne rouge ».

Pourtant, le parquet avait requis une peine de 18 mois de prison ferme, soulignant que le dossier était marqué par la cupidité de la prévenue qui avait relancé 10 fois le Fonds de garantie.

Actu17.