🇫🇷 3 services de renseignements avaient alerté leur direction du passage à l’acte imminent d’Adel Kermiche.

par Y.C.
Adel Kermiche a été tué par les forces de l'ordre lorsqu'il est sorti de l'église en foncant sur les policiers, tout comme son complice, Abdel Malik Petitjean, le 26 juillet 2016. (Capture écran)

Trois services de renseignements avaient repéré Adel Kermiche et avaient signalé qu’il allait passer à l’acte dans un lieu de culte.

Le 26 juillet 2016, le Père Hamel a été égorgé dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) par deux terroristes dont Adel Kermiche.

Dans son édition de mercredi, le Canard Enchaîné a affirmé que trois services de renseignements avaient alerté par l’intermédiaire de notes, de l’imminence du passage à l’acte d’Adel Kermiche.

Ces notes d’informations n’auraient pas été prises en compte par les autorités.

Début Janvier, Médiapart a révélé que l’intéressé était surveillé sur l’application Télégram par la Direction du renseignement de la Préfecture de Police de Paris.

Médiapart a également précisé que le Service central du renseignement territorial et la Direction du renseignement militaire suivaient les échanges par messagerie chiffrée d’Adel Kermiche.

Plusieurs notes ont été rédigées par la DRM et adressées à la cellule Allat, fin juillet 2016, alertant sur les menaces proférées par le terroriste.

Aucune procédure d’urgence pour la DGSI

Quant au Service central du renseignement territorial, il aurait transmis une note d’information alertant de l’imminence d’une attaque accompagnée d’une photo d’Adel Kermiche.

Malgré ces notes, aucune procédure d’urgence permettant d’informer la DGSI n’avait été déclenchée.

De nouveaux éléments qui devraient une fois encore faire couler beaucoup d’encre…

Actu17.