🇫🇷 526 millions d’euros d’économies prévues au ministère de l’Intérieur : inquiétude chez les policiers.

Photo AFP

Les syndicats policiers ont fait part aujourd’hui de leur « inquiétude » après l’annonce de 526 millions d’euros d’économies prévues au ministère de l’Intérieur pour le prochain budget, dans un contexte de lutte antiterroriste et de crise migratoire relate Le Figaro.

« C’est surprenant et totalement incompréhensible », a commenté Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie-Officiers tandis que Céline Berthon, secrétaire générale du Syndicat national des commissaires de police, faisait part de sa « surprise et de son immense inquiétude ».

« L’ampleur des coupes nous rend sceptiques sur la capacité de l’Etat à faire face aux nouvelles missions comme la lutte antiterroriste ou la crise migratoire », a déclaré Mme Berthon.

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé aujourd’hui que, dans le cadre d’une diète de l’ensemble des ministères pour récupérer quatre milliards et demi d’euros, l’Intérieur devrait économiser 526 millions d’euros, sans réduction d’effectifs.

Lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a voulu nuancer les déclarations de son homologue de Bercy, en relevant que « hors mission collectivités locales », ce sont « 370 millions » qui devraient faire l’objet d’une coupe budgétaire au sein de son ministère. »Pour la police et la gendarmerie, le budget 2017 exécuté devrait être comparable, voire légèrement supérieur, aux dépenses constatées en 2016″, a assuré M. Collomb, sans plus de détails.

« Même si on doit gérer au mieux les finances publiques, les Français comprendraient mal, dans le contexte actuel, que l’on fasse des économies sur leur sécurité », a souligné le secrétaire général du syndicat Alliance, Jean-Claude Delage.

« Attention à ce que la parole de l’Etat soit respectée sinon cela mettrait à mal le dialogue social », a prévenu le syndicaliste qui refuse à l’avance toute remise en cause du protocole de valorisation des carrières signée en avril 2016.

Cette mise en garde est partagée par l’Unsa-Police et les syndicats CFDT, Alternative et le syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI) : « Les policiers sont fatigués et démotivés et ce ne sont pas les nouvelles annonces de restriction budgétaire qui leur donneront du courage à l’ouvrage au service de l’Etat », ont-ils affirmé.

« S’il y a des coupes sombres, il faut que tout le monde soit à la même enseigne », a par ailleurs averti le secrétaire général d’Unité-SGP-Police, Yves Lefebvre, qui se déclare également « inquiet » sur le sort des dotations pour le matériel et l’immobilier.

http://bit.ly/2t1UhRG