Accusés d’avoir volé pour 335 000 € d’écrans d’ordinateur en Seine-et-Marne, 5 hommes interpellés

Illustration. (photo Rémy Perrin/PhotoPQR/Maxppp)

INFO ACTU17. C’est un sérieux coup d’arrêt qui vient d’être donné à un gang, spécialisé dans le vol de matériel informatique.

Selon nos informations, cinq suspects, dont deux mineurs, âgés de 16 et 17 ans, ont été interpellés, ce mardi 7 avril, par les enquêteurs de la brigade des enquêtes d’initiative (BEI) du commissariat de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Deux d’entre eux, âgés de 18 et 23 ans, ont été présentés, ce vendredi 9 avril, à un magistrat du parquet de Meaux (Seine-et-Marne), en charge de ce dossier, dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), également appelée « plaider-coupable ». Ils ont respectivement écopé de 70 heures de travail d’intérêt général et de 6 mois de prison avec sursis.

Le principal suspect remis en liberté

Le principal commanditaire des faits, âgé de 24 ans, Jérôme S., devait, lui, être jugé en comparution immédiate le même jour. Mais il a demandé un report pour préparer sa défense, avant d’être remis en liberté, sous contrôle judiciaire. Une décision qui n’a pas manqué de surprendre au regard des agissements présumés de cet homme, originaire de Noisy-le-Grand, et qui est soupçonné d’avoir recruté les deux mineurs pour procéder aux multiples vols.

Toujours selon nos informations, il s’en serait aussi pris physiquement à l’un d’entre eux, au cours de leur garde à vue, après avoir compris que celui-ci avait avoué sa participation aux faits…

Les membres présumés de ce gang sont suspectés d’avoir vidé, au fur et à mesure, les réserves d’un entrepôt, implanté à Saint-Mard (Seine-et-Marne), fin décembre 2020, puis début janvier et février de cette année. C’est au retour de leur troisième expédition, le 9 février dernier, que les policiers de la BAC de Rosny-sous-Bois les ont surpris en train de s’affairer dans la cité de La Boissière autour de cartons tout juste sortis d’un camion de location.

743 écrans d’ordinateurs volés

L’un des suspects, les bras encore encombrés, a été rapidement interpellé. Un deuxième suspect, formellement reconnu par les fonctionnaires, parvient à regagner son domicile, tout proche avant d’être arrêté, à son tour, le lendemain. En garde à vue, les deux jeunes garçons ne se montrent guère causant sur la provenance des 148 écrans d’ordinateurs finalement découverts dans le camion de location autour duquel ils ont été vus.

Saisis des investigations, les enquêteurs de la BEI de Rosny-sous-Bois parviennent à identifier le lieu où ce matériel informatique a été dérobé avant de chiffrer le préjudice, estimé à 335 000 €. « Il s’agit d’écran 32 pouces de la marque LG, confie une source judiciaire. Ils étaient destinés à équiper des commerçants. L’enquête a permis d’établir qu’en tout, 743 écrans avaient été volés dans cet entrepôt, dont 595 n’ont jamais été retrouvés ».

Un agent de sécurité mis en cause

Les policiers de la BEI établissent rapidement que ces vols n’ont pu avoir lieu que grâce à une complicité interne : celle d’un vigile. Identifié, ce dernier, âgé de 23 ans, domicilié également à Rosny-sous-Bois est alors placé sur écoutes. Le nom du commanditaire présumé des vols ne tarde pas à être établi. Ce dernier est soupçonné d’avoir loué un box pour stocker une partie de la marchandise dérobée.

Il se serait également rendu à Marseille avec le vigile complice et le plus jeune des mineurs afin d’y écouler une partie de son butin. Des écrans d’ordinateur, « tombés du camion », revendus entre 100 et 150 €, l’unité. « Son petit business lui a permis d’engranger près de 90 000 € sans trop d’effort, souligne la même source. Il en a aussi mis en vente via l’application Snapchat ».

Au cours de son audition, le vigile complice a précisé qu’il avait été contraint d’agir de la sorte sous la pression de Jérôme S., l’organisateur présumé de ces vols de fret.