Affaire Benalla : 3 proches collaborateurs d’Emmanuel Macron convoqués devant la justice


Emmanuel Macron et Alexandre Benalla le 15 mars 2018. (photo Boot1D / shutterstock)

Alexis Kohler, Patrick Strzoda et François-Xavier Lauch sont convoqués comme témoins pour s’expliquer sur l’obtention et l’utilisation illicite de passeports diplomatiques par Alexandre Benalla alors qu’il ne travaillait plus pour la présidence.

Trois proches collaborateurs du président de la République sont convoqués devant la justice le 10 avril prochain révèle RTL. Il s’agit d’une première sous la Ve République. L’information a été confirmée par l’Élysée.

Le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler, ainsi que Patrick Strzoda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, vont être auditionnés comme témoins dans l’affaire de l’obtention et l’utilisation indue, par Alexandre Benalla, de passeports diplomatiques.

François-Xavier Lauch, chef du cabinet présidentiel, est quant à lui convoqué comme partie civile alors qu’il avait déposé plainte contre Alexandre Benalla pour « usage de faux ».

Ces derniers devraient être interrogés sur les raisons pour lesquelles Alexandre Benalla était en possession de 5 passeports officiels différents, deux passeports dits « de service », délivrés par le ministère de l’Intérieur, et trois passeports diplomatiques délivrés par le quai d’Orsay.


Alexandre Benalla accusé de falsification

Le 21 janvier dernier, le directeur de cabinet Patrick Strzoda avait confirmé ce chiffre de 5 passeports officiels, et avait accusé M. Benalla de « falsification » dans le cadre de l’obtention de l’un des documents.

Christophe Castaner avait expliqué que les passeports de service d’Alexandre Benalla avaient été annulés à la fin du mois de juillet, mais que les deux passeports diplomatiques étaient restés valides, suite à des difficultés à les annuler.

Deux passeports diplomatiques utilisés « une vingtaine de fois »

Par ailleurs, devant la commission d’enquête du Sénat le 16 janvier dernier, Patrick Strzoda avait expliqué que M. Benalla avait utilisés « une vingtaine » de fois ces deux passeports diplomatiques, entre juillet et décembre 2018, pour des voyages privés notamment en Afrique.

Alexandre Benalla a été mis en examen le 18 janvier 2019 pour « usage public et sans droit » des passeports.