🇫🇷 Affaire Benalla : Les images de vidéosurveillance du 1er mai ont été diffusées sur Twitter. L’enquête s’élargit.

par Y.C.
Capture écran vidéo Youtube.

Nouvelle révélation dans l’affaire Benalla : les images de vidéosurveillance de la place de la Contrescarpe le 1er mai ont été diffusées sur Twitter le 19 juillet, par des comptes de soutiens LREM. Le parquet a décidé d’élargir son enquête.

Alexandre Benalla avait expliqué dans une longue interview au journal Le Monde, qu’on lui avait proposé de lui remettre des images de vidéosurveillance du 1er mai : « Après la publication de l’article du Monde sur Internet, je reçois un appel vers 22 heures de quelqu’un à la préfecture de police, dont je ne citerai pas le nom : « Alexandre, on a la vidéo du gars et de la fille en train de jeter des projectiles sur les CRS, est-ce que tu la veux pour te défendre ? » Bien sûr que ça m’intéresse, si on peut prouver que les gens en face ne sont pas de simples passants mais des casseurs. Je ne sais pas d’où viennent ces images. » a-t-il déclaré.

Un CD avec « rien écrit dessus » selon lui, qu’il a remis « à l’Élysée, à un conseiller communication ».

Des extraits toujours visibles sur Twitter

Ces images ont été diffusées sur le réseau social Twitter le 19 juillet comme l’a révélé ce jeudi Mediapart, au lendemain donc de leur remise à Alexandre Benalla, selon ses déclarations. Mais les tweets ont rapidement été retirés par la suite. Des traces sont cependant toujours visibles sur le réseau social, plusieurs internautes ayant eu le temps de télécharger les images.

Recel de détournement d’images de vidéo-protection

Le parquet de Paris a étendu ce vendredi, la saisine du juge d’instruction aux faits de recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo protection, et recel de violation du secret professionnel, sous forme de supplétif contre X. Trois policiers ont déjà été mis en examen dans cette affaire, dont deux commissaires.

Mais d’autres responsabilités pourraient voir le jour. Qui a diffusé ces images de vidéosurveillances de la Préfecture de police sur les réseaux sociaux ? « Je crois qu’ils ont essayé de la diffuser et de la fournir à des gens pour montrer la réalité des faits », a expliqué Alexandre Benalla durant cette même interview.

Le conseiller politique d’Emmanuel Macron auditionné ?

Selon les informations de LCI, c’est à Ismaël Emelien, conseiller politique d’Emmanuel Macron à l’Élysée, qu’Alexandre Benalla a remis le CD comportant ces images de vidéosurveillances. Une version que l’Élysée a confirmé.

La Présidence a expliqué que le directeur de cabinet Patrick Strzoda, ayant des doutes sur l’origine de cet enregistrement, l’a adressé à la préfecture. C’est alors qu’il a constaté qu’Alexandre Benalla n’aurait pas du être en possession de ces images, comme le prévoit l’article 226-21 du code pénal, et a alors fait usage de l’article 40 du code de procédure pénale, puis a engagé une procédure de licenciement à l’encontre du collaborateur.

Des faits qui pourraient relever de recel de détournement d’images de vidéo-protection, d’autant que ces dernières auraient du être détruite un mois après le 1er mai, comme la loi l’exige. Ismaël Emelien était quant à lui co-rapporteur de la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale, avant qu’il ne quitte son poste. Ce dernier pourrait être auditionné à son tour, à la rentrée.

Par ailleurs, l’Élysée citée par LCI, a affirmé ne pas avoir gardé copie de ces images de vidéosurveillance, ainsi que ne pas avoir « de réponses possibles au vu des procédures judiciaires en cours ».

Actu17.