🇫🇷 Affaire Benalla : L’homme a également agressé une femme. Gérard Collomb avait été avisé des faits le 2 mai.

par Y.C.

En plus d’avoir agressé un homme alors qu’il portait un casque de la police nationale le 1er mai, le collaborateur d’Emmanuel Macron s’en est également pris à une femme le même jour. Le ministre de l’Intérieur avait été avisé des faits le lendemain.

C’est dans une seconde vidéo qui a été révélée par le Huffington Post dans la nuit de jeudi à vendredi, qu’on aperçoit Alexandre Benalla s’en prendre à une femme, durant la manifestation du 1er mai. Des faits qui se sont produits au même moment que la première vidéo diffusée par Le Monde (ci-dessous), devenue virale.

L’homme était au moment des faits membre du cabinet du Président. Alexandre Benalla disparaît plusieurs dizaines de secondes sur la première vidéo. On aperçoit sur ces images ce qu’il fait durant ces 43 secondes.

Le collaborateur d’Emmanuel Macron traverse la rue et plaque une femme contre le mur, avant de tenter de la faire tomber au sol en lui faisant une balayette. L’homme repousse au même moment un cycliste qui tente de s’interposer.

Puis il entend les cris de l’autre côté de la rue et traverse de nouveau la rue, laissant la femme assise par terre. Par la suite, les images montrent que la femme agressée est une amie du manifestant frappé. Ces derniers quittent les lieux ensemble déclarant « C’est des malades ! ».

Alexandre Benalla était censé assister à cette manifestation avec les forces de l’ordre en tant qu’observateur « pour voir comment se gérait une grande manifestation » à détaillé hier Patrick Strzoda, directeur de cabinet de l’Elysée.

Une affaire étouffée ?

Selon franceinfo ce vendredi, Gérard Collomb a été informé de ces faits dès le 2 mai. Dans les jours qui suivent, le nom d’Alexandre Benalla est évoqué en réunion de cabinet à l’Elysée.

Les conseillers du Président espéraient que cette affaire ne sorte pas explique la chaîne d’information. Finalement, l’affaire a été révélée.

Port d’arme et voiture équipée Police

Alexandre Benalla dispose par ailleurs d’un port d’arme sollicitée par l’Élysée, « dans le cadre de ses fonctions » auprès du président selon Le Parisien, dont l’information a été confirmée par la Présidence.

Autre polémique, la voiture du collaborateur d’Emmanuel Macron dispose de plusieurs dispositifs policiers révèle BFMTV ce vendredi matin. Une voiture qui a été enlevée ce jeudi matin selon la chaîne d’information, qui diffuse une photo du véhicule où on distingue en effet des dispositifs lumineux en principe réservés à l’usage de la police à l’intérieur de l’habitacle de la Renault.

Deux enquêtes ouvertes : l’une du parquet, l’autre de l’IGPN

Gérard Collomb a annoncé l’ouverture d’une enquête de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) afin de faire la lumière sur la présence d’Alexandre Benalla sur la manifestation du 1er mai. Comment et dans quelles conditions ce collaborateur d’Emmanuel Macon s’est procuré un casque de maintien de l’ordre de la police nationale mais également un brassard « police » comme il est possible de le voir sur une autre vidéo, visible ci-dessous, sans oublier des dispositifs spéciaux sur sa voiture ?

Le parquet de Paris a également été saisi de cette affaire et a ouvert une enquête préliminaire. Une enquête confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne, est ouverte des chefs de violences par personne chargée d’une mission de service public, usurpation de fonctions, et usurpation de signes réservés à l’autorité publique.

Au moment des faits, l’homme n’a été sanctionné que de 15 jours de mis à pied, et rétrogradé dans sa fonction. Cela ne l’a en tout cas pas empêché d’être présent dans le dispositif de sécurité des Bleus sur les Champs-Élysées ce lundi. Emmanuel Macron ne s’est pour l’heure pas exprimé sur cette affaire.

Actu17.