Affaire de la CSI 93 : quatre nouveaux policiers placés en garde à vue à l’IGPN


Illustration. (©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Maxppp)

Quatre policiers affectés ou qui étaient affectés à la Compagnie de sécurisation et d’intervention de la Seine-Saint-Denis (CSI 93), ont été placés en garde à vue dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) ce mardi matin.

Les investigations concernant la CSI 93 se poursuivent. Quatre policiers avaient été mis en examen début juillet pour « faux et usage de faux en écriture » notamment. Ce mardi matin, quatre autres fonctionnaires de police ont été placés en garde à vue à l’IGPN rapporte Le Parisien.

Ces derniers – deux gardiens de la paix et deux brigadiers – ont été convoqués dans le cadre de l’une des dix-sept enquêtes ouvertes par le parquet de Bobigny, visant le service spécialisé, ces derniers mois. Les quatre policiers sont entendus pour des accusations de « violences » et « faux en écriture publique ». Deux d’entre eux sont toujours affectés à la CSI 93 tandis que les deux autres travaillent maintenant à la CSI 75 et dans le Val-d’Oise.

Environ quinze policiers visés

La CSI 93 a en effet été en partie dissous à la demande du préfet de police Didier Lallement au début du mois de juillet, face aux nombreuses accusations dont fait l’objet une partie des fonctionnaires de ce service. Ces affaire judiciaires visent 10% des 150 effectifs qui étaient présents dans le service selon le quotidien francilien.

Ces dix-sept enquêtes concernent notamment des faits de vols, de violences ou encore de rackets de dealers, de propos racistes ou de fausses procédures. Plusieurs délinquants ont déposé plainte ces derniers mois.


De son côté, l’IGPN enquêtait depuis le début de l’année 2019 au sujet de ces accusations, utilisant de gros moyens pour obtenir des éléments, notamment des écoutes téléphoniques ou encore la sonorisation de véhicules de police ou des vestiaires.