Ain : Un gendarme ouvre le feu sur un homme menaçant armé d’une hache


Illustration. (Shutterstock)

L’utilisation d’un pistolet à impulsion électrique s’est avérée sans effet sur le forcené.

Pompiers et gendarmes ont été appelés à l’aide, mardi matin, par une famille de Pizay (Ain) dont l’un des membres souffrant de troubles psychiatriques était en pleine crise. Vu son état, ils demandaient à ce qu’il soit interné en urgence.

L’homme menace les forces de l’ordre avec une hache

Lorsque les gendarmes de la brigade de Montluel sont arrivés sur place, l’homme s’est emparé d’une hache et les a menacés. Les militaires ont alors fait usage d’un pistolet à impulsion électrique pour tenter de le maîtriser en minimisant les risques, mais cela n’a pas fonctionné, a indiqué le procureur de la République de Bourg-en-Bresse.

Un tir au niveau du ventre

L’homme a continué d’avancer vers eux, toujours menaçant. L’un des militaires a alors ouvert le feu à une reprise sur le forcené, qui a été touché par balle dans le gras du vente, relate Le Progrès. Ils ont pu ensuite le maîtriser.

Les secours l’ont pris en charge alors qu’il présentait une blessure légère. L’homme a été conduit dans un hôpital de Lyon (Rhône) avant d’être interné à l’hôpital psychiatrique du Vinatier.


Une enquête en cours

Interrogé par le quotidien régional, le colonel Yannick Bellemin-Laponnaz, qui commande le groupement de l’Ain a expliqué qu’il ne disposait pas de détails sur l’enquête concernant l’usage de l’arme par l’un de ses personnels.

Il a toutefois indiqué que « la section de recherches de Lyon a été saisie [des investigations] et elle s’est rendue sur place pour déterminer les circonstances de l’ouverture du feu ». « Nos gendarmes sont régulièrement entraînés pour que dans ces circonstances la réponse soit progressive », a-t-il précisé.