Aisne : Un enfant de 11 ans enlevé par des inconnus sur fond de règlement de comptes


Illustration Actu17 ©

Un enfant âgé de 11 ans a été enlevé tôt ce mardi matin à Saint-Quentin (Aisne). Sa mère a alerté la police et des recherches ont été lancées. Le jeune garçon a finalement été déposé au milieu de la nuit de mercredi à jeudi, à Amiens (Somme), chez sa grand-mère paternelle.

Il se rendait au collège mais n’est jamais arrivé. Un enfant de 11 ans a quitté le domicile familial situé dans la rue Kennedy à Saint-Quentin, à 07h40 ce mardi, pour se rendre à son établissement scolaire raconte L’Aisne Nouvelle. Le collège a contacté la mère de l’élève pour lui faire part de son absence. Cette dernière a alors décidé de se rendre au commissariat pour signaler les faits.

Le petit garçon aurait été enlevé par deux ou trois individus qui l’ont forcé à monter dans un véhicule indique Me Marc Antonini, l’avocat de la famille, au quotidien régional. Les policiers ont identifié la voiture des ravisseurs, une BMW noire de location venant d’une agence située à Courbevoie (Hauts-de-Seine) indique Le Parisien. C’est dans cette commune qu’habite le père de la victime, séparé de sa compagne depuis plusieurs années. L’homme a été interpellé et placé en garde à vue. Mais cette piste s’est refroidie. Le suspect, connu de la police pour trafic de stupéfiants, n’était certainement pas derrière ce rapt.

Il n’aurait pas subi de violences

L’hypothèse d’un enlèvement, sur fond de règlement de compte commis par des concurrents, à qui le père devrait de l’argent, s’est dessinée. Le procureur de la République n’a pas souhaité déclencher le dispositif « Alerte enlèvement ». La police judiciaire de Creil ainsi que l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) ont été saisis détaille le journal francilien. L’enfant a finalement été déposé « vers 03h20 au domicile de la grand-mère paternelle à Amiens », a précisé Me Marc Antonini, à L’Aisne Nouvelle. La jeune victime n’aurait pas subi de violences et a pu manger durant ces 48 heures. Elle aurait d’abord été séquestrée dans un garage à Lille, selon son avocat, puis dans un appartement à Beauvais.

Les ravisseurs sont en fuite. L’enquête se poursuit afin de les identifier et déterminer leurs motivations exactes.