🇫🇷 Ali Oulkadi, l’un des chauffeurs de Salah Abdeslam, remis en liberté.

par Y.C.
Salah Abdeslam se trouve toujours en prison en France. (photo sudinfo)

Ali Oulkadi a été remis en liberté ce lundi 18 juin. L’homme avait été écroué en novembre 2015 et avait été transféré en France.

L’un des convoyeurs belges de Salah Abdeslam au lendemain des attentats terroristes de Paris du 13 novembre 2015 a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire, ont indiqué le parquet fédéral belge et son avocat bruxellois.

Sa libération fait suite à une demande déposée par ses avocats. « Le parquet fédéral a établi les conditions du contrôle judiciaire en Belgique et le juge (d’instruction parisien Christophe) Teissier les a entérinées », a précisé l’avocat Me Didier De Quévy.

Ali Oulkadi est accusé d’avoir aidé Salah Abdeslam. Le 14 novembre 2015, il aurait rejoint le seul survivant du commando des attaques de Paris, à Laeken, où il venait d’être ramené de France par deux de ses amis, Hamza Attou et Mohamed Amri.

Ali Oulkadi aurait ensuite servi de chauffeur à Salah Abdeslam pour se déplacer dans Bruxelles, jusqu’à Schaerbeek, avant que celui-ci ne disparaisse des radars pendant quatre mois.

L’homme désormais placé sous contrôle judiciaire a toujours affirmé ne pas connaître le lieu précis de la planque d’Abdeslam à Schaerbeek. Pourtant, les enquêteurs retrouveront son ADN sur une fourchette, dans la cuisine du 86, rue Henri Bergé.

Salah Abdeslam a pris la défense du suspect

Lors d’une confrontation avec Salah Abdeslam, Ali Oulkadi avait demandé au terroriste présumé de confirmer devant le juge qu’il n’était jamais venu dans la planque : « Juste ça s’il te plait ».

Celui-ci avait accepté alors de sortir de son mutisme : « Je confirme qu’il n’est jamais rentré dans cet appartement » répondra Salah Abdeslam, selon L’Express.

« Ce que je tiens à dire, c’est que le 14 novembre, Ali Oulkadi, mes photos ne circulaient pas partout dans les médias. Il ne pouvait pas savoir que j’étais l’ennemi public numéro 1 à ce moment-là. Il ne pouvait pas savoir si j’étais impliqué ou soupçonné de quoi que ce soit à ce moment-là. C’est tout. » avait ajouté Salah Abdeslam.

Un autre chauffeur d’Abdeslam remis en liberté le mois dernier

La loi française ne permettant pas de maintenir en détention provisoire avec une durée illimitée, un suspect, les juges français ont donc décidé de le remettre en liberté sous conditions strictes, en attendant son procès qui doit se tenir en 2020 en France.

Le 15 mai dernier, l’un des chauffeurs de Salah Abdeslam, Hamza Attou, accusé d’avoir ramené le terroriste présumé de Paris à Bruxelles, avait été lui aussi remis en liberté dans l’attente de son procès.

Actu17.