🇩🇪 Allemagne : Les constructeurs automobiles accusés de tester leurs gaz d’échappement sur des singes… et des humains.

par Y.C.

Pour tester l’impact des émanations de gazole, les constructeurs automobiles allemands ont fait des tests sur des singes mais aussi sur des humains.

Deux affaires impliquant les constructeurs Volkswagen, BMW et Daimler ainsi que l’équipementier Bosch ont été révélées quasi-simultanément.

Des tests sur des singes

Ces constructeurs ont financé un organisme de recherches, l’EUGT, fermé depuis un an, qui a procédé à des tests d’émanation de gazole sur des singes.

Le premier scandale a été mis à jour en 2014 par le New York Times. Il concernait les expériences faites sur une dizaine des singes qui, enfermés, respiraient de la fumée émise par une Volkswagen.

L’argument des constructeurs pour justifier ce type d’expérience était de prouver que les moteurs diesel actuels sont plus propres.

Des test sur… des humains

Un institut d’Aix-la-Chapelle (Allemagne) aurait fait inhaler à 25 personnes en bonne santé, du dioxyde d’azote, entre 2013 et 2014.

L’institut a affirmé que ces tests n’avaient rien à voir avec le scandale du diesel qui a touché les constructeurs Allemands et qu’ils auraient été pratiqués dans le but de mesurer l’effet de l’exposition au NO2 dans un cadre professionnel (mécaniciens, soudeurs, …) pour préconiser une éventuelle baisse des seuils autorisés.

Des troubles cardiovasculaires et respiratoires ?

Cette étude aurait conclu à aucun effet nocif marquant de ce gaz émis, notamment, par les moteurs diesel, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé que son inhalation provoquait des troubles cardiovasculaires et respiratoires.

La société DAIMLER, selon son porte-parole, « s’est distancé expressément de l’étude et de l’EUGT » tandis que BMW et Bosch ont démenti y avoir participé.

En France et en Allemagne, les gouvernements haussent le ton

En Allemagne, lundi, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, a réclamé des explications aux constructeurs concernés en précisant que de telles expériences « sont injustifiables d’un point de vue éthique » relate Nice-Matin.

En France, le ministre des Transports et de l’Agriculture Christian Schmidt, a déploré : « La confiance en l’industrie automobile est à nouveau écornée », ajoutant que les constructeurs automobiles devaient « faire cesser immédiatement ce genre de tests » s’ils avaient encore lieu. Le Ministre a indiqué que les constructeurs seront convoqués devant la commission d’enquête ministérielle en charge du scandale du diesel.

Actu17.