🇬🇧 #Angleterre «Brume» chimique sur la plage à Birling Gap : environ 150 personnes prises en charge à l’hôpital.

   par C. Laudercq et R. Lefras.
Photo au moment où la "brume" chimique a été signalée ce dimanche, à Birling Gap. (j20_wmj Instagram)

Une « brume » chimique a envahi la plage de Birling Gap dans le comté de Sussex, dans le sud de l’Angleterre ce dimanche, et sur un vaste secteur aux alentours. La substance qui a causé ces symptômes, de difficultés respiratoires et d’irritations notamment, reste pour l’heure indéterminée.

Environ 150 personnes ont été prises en charge à l’hôpital, tandis qu’une centaine d’autres ont également été touchées.

La plage de Birling Gap a du être évacuée ce dimanche après-midi après que des dizaines de personnes se soient plaints d’irritations, mais également de difficultés respiratoires, et de vomissements.

● La police de Sussex a annoncé ce lundi matin que cette « brume » chimique avait disparu.

Le gaz en question n’a pas encore été identifié ont précisé les autorités, mais ces derniers ont expliqué qu’il était « extrêmement improbable » qu’il s’agisse de chlore.

● Une victime raconte à la BBC qu’au moment où les symptômes sont apparus, il a regagné son domicile. « A un moment, je n’ai rien pu voir pendant 5 minutes » a-t-il précisé.

● Une autre victime décrit la « brume » chimique, comme un « brouillard indolore, incolore, qui était très douloureux pour les yeux ».

● De longues files d’attentes se sont formées à l’hôpital d’Eastbourne. 150 personnes environ ont été traitées suite aux symptômes précise la BBC.

Beautiful walk along the Seven Sisters today until we got chemical attacked by chlorine gas all over our eyes

Une publication partagée par Julia Fabrin (@juliafabrin) le

Néanmoins, le porte-parole des autorités sanitaires a déclaré : « les patients ont été traités avec précaution, avec un traitement de décontamination complet, mais il est devenu évident que cela n’était pas nécessaire, suite à des conseils cliniques. »

● Les autorités ont indiqué qu’ils recherchaient toujours l’origine et le type de gaz. Ce lundi soir, le mystère reste entier.

Actu17.