🇫🇷 #Ardèche 22 militants de Greenpeace pénètrent dans une centrale nucléaire.

par Y.C.

Les militants ont, entre autres, allumé un feu d’artifices sur place.

L’action concertée et bien préparée des militants anti-nucléaire avait pour but d’alerter sur la vulnérabilité des piscines qui servent à entreproser les combustibles usagés.

Une véritable opération commando

C’est à 6h20 très exactement que leur opération a débuté contre la centrale nucléaire de Cruas-Meysse en Ardèche. Les 22 militants se sont divisés en plusieurs groupes : l’un était chargé de prévenir les gendarmes pour expliquer leur action, selon Greenpeace (et probablement éviter un drame, ndlr), un autre groupe a escaladé un bâtiment accolé à l’un des quatre réacteurs nucléaires pour y laisser des empreintes de mains à la peinture, enfin le troisième groupe s’est suspendu à un bâtiment qui abrite une piscine de combustibles usagés et a tiré un mini feu d’artifices.

Capture d’écran Facebook.

Ouverture d’une enquête judiciaire

La préfecture de l’Ardèche a annoncé qu’une enquête judiciaire était actuellement diligentée, relate Le Monde.

Le chargé de la campagne nucléaire chez GreenPreace France a déclaré : « Nous voulons pointer du doigt les failles de sécurité des piscines d’entreposage du combustible usé, qui sont conçues comme des bâtiments classiques avec une faible résistance. Il suffirait de faire un trou pour avoir un feu de combustibles ».

Actu17.