🇫🇷 Attaque au couteau à Paris : l’assaillant mis en examen et écroué. 3 victimes toujours en état d’urgence absolue.

par Y.C.
(Photo Rémy Buisine)

L’assaillant de nationalité afghane, âgé de 30 ans, a été mis en examen pour tentatives de meurtres et placé en détention provisoire ce mercredi soir. Le mis en cause n’était pas sous l’emprise de stupéfiants lors des faits et l’examen psychiatrique n’a révélé aucune « atténuation » ou « abolition de sa responsabilité pénale ».

L’auteur de l’attaque sanglante ce dimanche soir à Paris dans le secteur du quai de la Loire (XIXe) a été déféré ce mercredi à un magistrat instructeur, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le parque de Paris pour « tentatives d’homicides volontaires ».

Le parquet avait réclamé son placement en détention provisoire, le juge des libertés et de la détention a suivi ces réquisitions.

L’acte terroriste écarté pour l’heure

A ce stade, la qualification terroriste n’a pas été retenue, les enquêteurs n’ayant pas découvert d’éléments allant dans ce sens indique BFMTV, citant une source proche de l’enquête.

Les motivations de l’auteur restent donc pour l’heure indéterminées et aucune revendication n’a été faite jusqu’à maintenant.

Ni de drogue, ni d’abolition du discernement

La volonté de l’assaillant de tuer des passants au hasard dans la rue avec son couteau d’une trentaine de centimètres selon les différents témoignages, ainsi que sa barre de fer, est en tout cas clair. Les analyses toxicologiques ont en effet démontrées que le suspect n’était pas sous l’emprise de drogue au moment des faits.

L’examen psychiatrique durant sa garde à vue n’a par ailleurs pas révélé « de cause d’atténuation ou une abolition de sa responsabilité pénale » selon cette même source.

De nombreux témoignages affirment que l’auteur de l’attaque n’était pas dans son « état normal » lors de son interpellation, et qu’il avait le « regard vide ». Un état qui serait en fait dû aux boules de pétanque lancées par des passants qui jouaient à la pétanque à proximité du lieu des faits, et qui ont touché l’homme à la tête. Ce dernier aurait été « sonné », même si il est parvenu à poursuivre son chemin nous indique une source policière.

D’autre part, l’identité de l’assaillant n’a pas encore été formellement déterminée par les enquêteurs. Des investigations sont toujours en cours sur ce point. Chose sûre, le suspect est arrivé en France en juin dernier.

Trois victimes toujours dans un état grave

Trois des sept victimes blessées par le mis en cause étaient toujours dans un état d’urgence absolue à l’hôpital ce mercredi.

Actu17.