🇫🇷 Attaque au couteau à Paris : le pronostic vital d’une des 7 victimes est engagé.

par Y.C.
(Photo Rémy Buisine)

Un homme armé d’un couteau et d’une barre de fer s’en est pris à plusieurs passants ce dimanche soir à Paris. 7 personnes ont été blessées selon un dernier bilan, certaines grièvement.

De nombreuses zones d’ombre existent encore dans cette affaire, mais certains éléments sont déjà établis. Il était environ 22h45 ce dimanche soir lorsqu’un individu a attaqué plusieurs passants avec un couteau et une barre de fer sur les bords du canal de l’Ourcq à Paris (XIXe). L’agresseur s’en est d’abord pris à plusieurs personnes, non loin du cinéma MK2 situé quai de la Loire.

Plusieurs personnes qui jouaient à la pétanque ont aperçu la scène et ont fait fuir l’assaillant, notamment en lui jetant des boules. L’une l’aurait atteinte à la tête, sans pour autant l’arrêter.

L’assaillant a ensuite attaqué deux touristes anglais dans la rue. C’est à ce moment là que les policiers de la BAC du XIXe arrondissement l’ont interpellé. L’homme venait d’être maîtrisé par des passants selon BFMTV.

« Un couteau de 40 cm »

Au total ce sont 7 personnes qui ont été blessées. L’une a toujours son pronostic vital engagé ce lundi matin selon cette même chaîne d’informations. 4 des victimes ont été conduites à l’hôpital en état d’urgence absolue.

« On a vu des gens par terre, le sang, un mec qui courait avec un couteau de 40 centimètres. » raconte un témoin cité par BFMTV.

Pour l’heure, ce sont les policiers du 2ème district de la police judiciaire de Paris qui ont été chargés de mener l’enquête. La piste terroriste n’a donc pas été retenue à ce stade des investigations. Chose sûre, l’agresseur s’en est pris à des personnes au hasard dans la rue.

L’assaillant serait un Afghan, inconnu de la police

Ce dernier était porteur de plusieurs documents afghans lorsqu’il a été interpellé. Sous cette identité, qui n’a pas été dévoilée par les autorités pour le moment, l’agresseur est inconnu des services de police et n’est pas fiché pour radicalisation.

Les enquêteurs devront toutefois s’assurer qu’il s’agit bien de l’identité exacte du mis en cause, qui a été placé en garde à vue.

Actu17.