🇫🇷 Attaque au couteau à Paris : une victime toujours dans un état critique, la garde à vue de l’assaillant prolongée.

par Y.C.
La garde à vue de l'auteur présumé de l'attaque au couteau ce dimanche soir à Paris, a été prolongée. (Photo Remy Buisine)

L’auteur présumé de l’attaque au couteau qui s’est produite à Paris XIXe est toujours en garde à vue, puisque la mesure de privation de libertés a été prolongée ce lundi soir.

Il serait âgé de 31 ans et serait afghan. L’homme a poignardé sept personnes au total dans la rue, à hauteur du quai de la Loire, blessant quatre de ses victimes grièvement. L’une des personnes blessées reste ce soir dans un état jugé critique.

Parmi les victimes figurent deux touristes anglais quinquagénaires et un touriste égyptien d’une quarantaine d’années indique Le Parisien. Ce sont des passants qui ont maîtrisé l’agresseur armé d’une barre de fer et d’un couteau d’environ 30 centimètres selon des témoignages.

Plusieurs passants ont tenté de l’arrêter en lui jetant des boules de pétanque à la tête mais également en lui portant des coups de planche. L’assaillant a finalement chuté au sol et les policiers de la BAC du XIXe sont arrivés peu après, puis l’ont interpellé.

Sans domicile fixe et consommateur de crack

Le mis en cause souffrirait de troubles psychiatriques, serait également un consommateur de drogues et sans domicile fixe indique le journal francilien. Sur lui, les enquêteurs ont découvert une pièce d’identité afghane au nom de Shafiullah Mir Zaman Noorzada, né à Sarachali-Khan, en Afghanistan.

Un document qui mentionne qu’il avait 18 ans en 2015, selon le journal francilien. Cette identité est inconnue des services de police et de renseignements.

Des témoins affirment que l’homme est connu comme étant un sans domicile fixe, mais également un consommateur de crack. Des analyses toxicologiques sont en cours et montreront si oui ou non, l’homme en avait consommé au moment des faits.

A ce stade de l’enquête, la piste de l’acte terroriste n’est pas du tout privilégiée par les enquêteurs selon des sources policières concordantes.

« Il avait le regard vide »

L’un des passants Hamani Bouadjema cité par Le Point, qui raconte avoir couru derrière l’assaillant avant de lui jeter des boules de pétanque avec ses amis, explique que l’agresseur « avait l’air sous l’effet de quelque chose. En tous cas, il n’était pas normal, il avait le regard vide (…) Rien (n’)est sorti de sa bouche ! Même quand on le tapait il n’a même pas fait +Aïe+ ! ».

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a salué dans un communiqué « la grande réactivité et le courage dont ont fait preuve plusieurs citoyens ».

Deux autres attaques au couteau en août

Le 13 août dernier, un demandeur d’asile afghan avait attaqué quatre personnes en pleine rue à Périgueux. La piste terroriste avait rapidement été écartée par la police.

10 jours plus tard à Trappes (Yvelines), un homme avait tué sa mère et sa sœur, blessant grièvement une troisième personne avant d’être abattu par la police. Un acte revendiqué à deux reprises par le groupe EI. Les autorités ont conclu à l’acte d’un déséquilibré, excluant là aussi la piste terroriste.

Actu17.