Attentat de Nice : Le «héros au scooter» a tenté de se suicider en raison d’un sentiment de culpabilité


Illustration. (Gérard Bottino / Shutterstock)

Le RAID est intervenu ce jeudi au domicile de Franck à Nice (Alpes-Maritimes), dans lequel il s’était retranché.

C’est une histoire humaine terrible. Celle de Franck, surnommé le « héros au scooter » qui avait pourchassé le camion fou du terroriste Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, lors de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016.

Intervention du RAID

Les policiers d’élite du RAID sont intervenus chez lui, ce jeudi à la mi-journée, alors qu’il s’y était retranché avec l’intention de mettre fin à ses jours.

Les intervenants parviennent à le raisonner

Le secteur autour du domicile, situé chemin de la Batterie russe, a été bouclé par la police. Les pompiers se sont également déployés sur place et l’immeuble a été évacué vers 13h30. L’arrivée de gaz et l’électricité ont été coupées par précaution, relate France Info.

D’après Christian Estrosi, le maire de Nice, le contact a été difficilement établi avec le malheureux. Selon l’édile et le Préfet, « il porte le poids de la culpabilité car il estime ne pas avoir sauvé assez de vies le soir du drame ».


Il a finalement été raisonné et pris en charge par les autorités.

Le « héros au scooter »

Le soir de l’attentat de la promenade des Anglais, qui a fait 86 morts et 458 blessés, Franck se trouvait avec sa compagne sur un scooter. Il l’avait déposée avant de s’élancer sur le côté du poids lourd blanc qui écrasait les gens.

L’homme avait jeté son deux-roues sous le camion et s’était juché sur le marche-pied pour tenter, en vain, d’entrer dans la cabine du chauffeur et mettre fin à ce cauchemar. Il était parvenu à frapper le terroriste plusieurs fois au visage avant d’être visé avec une arme de poing, qui n’avait pas fonctionné. Puis un coup de feu était parti, frôlant Franck et le faisant chuter.

Le Tunisien de 31 ans avait finalement été abattu par des policiers.