Avignon : Des « Gilets Jaunes » viennent déposer plainte et terminent en garde à vue.


Illustration Actu17 ©

Ils étaient venus déposer plainte contre Luc Ferry mais le ton est monté avec les policiers.

Mercredi en milieu d’après-midi, plusieurs personnes ont fait irruption à l’hôtel de police d’Avignon, avant de revêtir leurs gilets jaunes. Certaines d’entre-elles ont brandi des photos de manifestants blessés par des tirs de Lanceur de balles de défense (LBD 40), avant de demander à pouvoir déposer plainte contre Luc Ferry.

Une plainte « collective »

Une femme Gilet Jaune a affirmé : « Nous venons déposer une plainte collective contre Luc Ferry. On est allé à Carpentras, ils n’ont pas voulu prendre la plainte, alors on est venu ici », rapporte La Provence.

L’ancien Ministre de l’Éducation avait suscité la polémique en déclarant le 8 janvier dernier : « Quand on voit des types qui tabassent à coups de pied un malheureux policier par terre, qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois ! Ça suffit, ces espèces de nervis, ces espèces de salopards d’extrême droite et extrême gauche ou des quartiers qui viennent taper des policiers. […] On a la quatrième armée du monde, elle est capable de mettre fin à ces saloperies » s’était-il emporté sur Radio Classique…
avant de revenir sur ses propos.


La Directrice Départementale de la Sécurité Publique (DDSP) arrive

Quelques minutes à peine après l’arrivée des Gilets Jaunes dans le hall d’accueil, c’est la DDSP du Vaucluse qui a fait son apparition. La patronne des policiers a affirmé aux plaignants que la plainte ne pouvait pas être enregistrée dans l’immédiat car les policiers étaient occupés à d’autres tâches, selon le quotidien régional.
Face à ce refus, le ton entre Gilets Jaunes et policiers est rapidement monté.

Deux gardes à vue

L’un des plaignants aurait menacé de s’en prendre physiquement à un commissaire de police, entraînant son interpellation. Les autres Gilets Jaunes ont été évincés manu militari de l’Hôtel de Police par une vingtaine de fonctionnaires. C’est à ce moment-là que l’un d’eux a été interpellé à son tour : un policier aurait été blessé par un manifestant, qui aurait aussi arraché son pull.
Les deux Gilets Jaunes ont été placés en garde à vue.