Besançon : Prison ferme pour un homme en situation irrégulière qui avait attaqué une femme avec un couteau


Illustration Actu17 ©

Un homme a été condamné à 4 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Besançon (Doubs) pour avoir attaqué une femme à son domicile, avec un couteau.


Une jeune femme rentrait d’une soirée entre amis dans la nuit de vendredi à samedi lorsqu’elle a été suivie sans s’en rendre compte, par un homme. Cette dernière habite dans le quartier Battant. L’agresseur est parvenu à s’introduire dans son immeuble et a ensuite frappé à la porte.

Alors que la jeune femme refusait d’ouvrir, l’homme a défoncé la porte avant de pénétrer dans l’appartement, armé d’un couteau.

La victime a refusé de se laisser faire et a réussi à lui faire lâcher son arme, avant de se réfugier dans la salle de bain et de prendre la fuite par la fenêtre, raconte France Bleu.

Les policiers de la BAC interpellent l’agresseur

Dans la rue, la jeune femme a vu son agresseur prendre la fuite. La police a été prévenue de cette situation et les policiers de la BAC ont rapidement retrouvé ce dernier. Il a été interpellé. Sur lui, les fonctionnaires ont découvert les cartes bancaires, le téléphone et les lunettes de soleil de la victime.

Après avoir nié les faits en garde à vue expliquant avoir trouvé les biens de la jeune femme dans la rue, l’homme a reconnu face au tribunal être le responsable de cette agression, avouant le vol sans reconnaitre avoir brisé la porte. La victime a tenu a être présente au jugement raconte le média, choisissant de témoigner à la barre, en larmes.

En situation irrégulière en France, il sera expulsé à l’issue de sa peine de 4 ans de prison

Le prévenu jugé en comparution immédiate ce lundi a changé plusieurs fois sa version des faits. Ce dernier âgé d’une vingtaine d’années, est un ressortissant tunisien en situation irrégulière sur le territoire français. Pour sa défense, il a expliqué que lui et sa compagne enceinte n’avaient pas mangé depuis 3 jours, justifiant par conséquent ce vol avec violences.

Le procureur qui a estimé qu’il n’était pas possible de « le laisser dans les rues chercher une nouvelle proie », a réclamé une peine de 5 ans de prison ferme.

Le tribunal a finalement choisi de condamné le prévenu à 4 ans de prison ferme, ainsi qu’à une interdiction définitive de territoire. L’homme sera expulsé dans son pays d’origine à l’issue de sa peine de prison. Il a été écroué.