Besançon : Un médecin anesthésiste soupçonné d’empoisonnements placé en garde à vue


Illustration. (Shutterstock)

Le praticien a déjà été mis en examen en 2017, pour sept empoisonnements sur des patients. Les enquêteurs le soupçonnent désormais d’être impliqué dans « une cinquantaine de cas ».

La garde à vue de Frédéric Péchier, médecin-anesthésiste à Besançon dans le Doubs, a débuté mardi et vient d’être prolongée. Ce mercredi, le suspect était toujours auditionné par les enquêteurs de la Police Judiciaire. Et pour cause, le nombre de victimes serait bien plus important.

Une cinquantaine de « faits d’empoisonnement potentiels »

C’est une nouvelle enquête qui a débuté et qui porte sur une cinquantaine de « faits d’empoisonnement potentiels qui ont fait l’objet de plus de deux ans d’investigations », selon une source proche du dossier, relate LCI.

Des doses létales de potassium et d’anesthésiques

L’information judiciaire ouverte en mai 2017, quant à elle, porte sur sept empoisonnements de patients. Ces derniers avaient subi des arrêts cardiaques après avoir reçu des doses létales de potassium et d’anesthésiques. Deux victimes étaient décédées, cinq avaient pu être réanimées.

A plusieurs reprises, le mis en cause avait rapidement fourni le bon diagnostic pour ranimer les malades victimes d’arrêts cardiaques. Pour les enquêteurs, le suspect aurait volontairement modifié les poches d’injection de confrères afin de créer des incidents opératoires. Et ce, dans le but d’exercer ses talents de réanimateur.


« Il est toujours sur la même ligne de défense qui consiste à dire qu’il n’a jamais été impliqué de près ou de loin dans un empoisonnement », a déclaré l’avocat du suspect, Me Randall Schwerdorffer. Ce dernier a précisé dans le même temps que cette nouvelle enquête portée sur un nombre de cas « très en dessous » de cinquante.