🇫🇷 Bois-d’Arcy : La prison lui rend son arme factice, il retourne braquer avec.

Illustration Actu17 ©

L’homme qui venait d’être libéré était détenu pour vols à main armée.


Les policiers de la Sûreté Départementale des Yvelines ont interpellé un homme de 45 ans, le 28 mars dernier, dans le cadre d’un mandat de recherche pour des vols commis dans les Yvelines. Le suspect était déjà connu pour son implication dans une vingtaine de braquages entre 1993 et 2017.

Une histoire rocambolesque

Le suspect n’a pas pu résister à raconter son aventure aux enquêteurs, qui n’en croyaient pas leurs oreilles. À tel point que ces derniers ont procédé à des vérifications des dires du quadragénaire… qui se sont révélés exacts.

Il dépose son arme factice et son butin dans un casier fourni par la prison

Une source proche de l’affaire a confié au journal Le Point : « Cet homme a été placé sous le régime de la semi-liberté au printemps 2017 alors qu’il finissait de purger une peine de prison à la maison d’arrêt de Versailles. Ce régime particulier lui permettait de sortir de prison tous les matins avant de réintégrer sa cellule en fin de journée. Mais, au lieu de mettre à profit ce temps de liberté pour se réinsérer, il a récidivé ». Et plutôt que de cacher son butin et de se débarrasser de l’arme, détenu a regagné normalement sa cellule… Non sans déposer ses effets personnels – dont l’arme factice et le butin – dans un casier mis à disposition par l’Administration Pénitentiaire.

Toujours plus loin dans l’invraisemblable

Mais l’histoire ne s’arrête pas là : l’homme s’est fait interpeller le 23 mai 2017 suite à un vol à l’étalage à Guyancourt. Il était porteur de la fameuse arme factice, qui a donc été saisie par la justice. « À ce moment-là, il a été mis fin au régime de semi-liberté dont il bénéficiait et il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy. Il a été finalement libéré au mois de février dernier et, là encore, il s’est passé quelque chose d’assez incompréhensible », poursuit la source. Le pistolet factice lui a été restitué à sa sortie de la Maison d’Arrêt de Bois d’Arcy !

Ainsi équipé, le multi-récidiviste a… récidivé, braquant tour à tour un magasin Picard puis une pharmacie trois jours plus tard.

Aucune vérification des casiers de la prison

La source proche de l’affaire, que Le Point a pu joindre a indiqué : « Ces casiers [mis à disposition des détenus en semi-liberté] ne font l’objet d’aucune vérification. »

Le braqueur multi-récidiviste comparaîtra le 18 mai prochain au Tribunal de Grande Instance de Versailles.


Actu17.