Bordeaux : Un pompier incarcéré pour une tentative de meurtre et un viol sous la menace d’une arme


Illustration. (Wikimedia)

Après deux ans d’enquête, ce pompier professionnel a été notamment confondu par son ADN, détecté dans les deux affaires.

Le quadragénaire, qui exerçait en Gironde, a été interpellé à son domicile avant d’être mis en examen, jeudi dernier, dans deux affaires de viol et de tentative de meurtre sur deux femmes. Les faits ont été commis en pleine rue, à Bordeaux.

Malgré ses dénégations face aux enquêteurs, des indices graves et concordants l’impliquent dans les faits qui lui sont reprochés, relate Le Parisien. Des indices décelés lors « des investigations scientifiques et techniques réalisées » mais aussi dans les « déclarations des victimes » et « la perquisition de son domicile ».

Armé d’un couteau

Les policiers de la Brigade de répression des atteintes aux personnes (Brap) de la Sûreté Départementale ont pu mettre en lumière des similitudes dans les deux affaires. L’agresseur agissait par surprise et de nuit. Il était aussi à chaque fois armé d’un couteau.

Le 1er juin 2017 tout d’abord, une jeune femme avait été agressée par un homme qui avait surgi dans son dos. Il l’avait menacée avec un couteau, avant de tenter de serrer un lacet autour de son cou. Mis en fuite, il avait abandonné le lacet sur les lieux de la tentative de meurtre.


Le 2 décembre de la même année, une autre jeune femme avait été menacée dans des circonstances similaires par un homme armé d’un couteau. Elle avait été contrainte de lui pratiquer une fellation, avant qu’il ne disparaisse. Un suspect avait été interpellé puis libéré, car les relevés ADN effectués ne correspondaient pas avec le sien.

Trahi par son ADN

Les policiers ont déterminé que les ADN des agresseurs, relevé dans les deux affaires, étaient les mêmes.

Les indices leurs ont permis de focaliser leurs soupçons sur plusieurs hommes dont l’ADN a été relevé et comparé à celui du criminel. Bingo ! Le sapeur-pompier a ainsi été identifié et il est actuellement considéré comme le potentiel agresseur et violeur. Il était jusqu’ici inconnu de la justice.

L’une des deux victimes l’a formellement identifié et, chez lui, les enquêteurs ont retrouvé l’écharpe de la victime du viol. Une information judiciaire est en cours pour notamment déterminer le profil de ce criminel présumé.