🇫🇷 Brest : Déjà condamné 26 fois, il agresse sexuellement 2 jeunes filles et écope d’une nouvelle peine.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Le prévenu a nié les faits devant le tribunal mais cela n’a pas suffit. L’homme de 35 ans déjà bien connu des services de la justice, a été de nouveau condamné. L’une des victimes a aussi évoqué les insultes racistes du prévenu.

Les deux adolescentes de 14 ans n’ont pas voulu s’exprimer sur les faits à la barre. Elles ont été agressées sexuellement le même jour, par le même individu. Le président a rappelé les faits au début de l’audience, qui se sont déroulés dans un bus entre Guilers et Brest (Finistère), le 25 octobre dernier.

André Raymond a d’abord évoqué les regards insistants du prévenu et son approche lourde. « T’es belle » a-t-il lâché. L’homme est accusé d’avoir ensuite agressé sexuellement les deux jeunes filles, en touchant leurs poitrines puis en glissant ses mains entre les cuisses de l’une des victimes raconte Le Télégramme.

Cette dernière a alors appuyé sur le bouton d’arrêt, avant de quitter le bus, pour terminer son chemin à pied alors qu’elle se trouvait à 30 minutes de marche. Les deux adolescentes ont déposé plainte et ont affirmé ne pas se connaitre.

« Elles ont raconté ça parce qu’elles ont eu peur et par racisme »

Pour sa défense, l’accusé, Raouf Abdi, déjà condamné à 26 reprises, a évoqué du racisme de la part de ses victimes et des mensonges. « Elles ont raconté ça parce qu’elles ont eu peur et par racisme. Et on n’a pas la preuve irréfutable qu’elles ne se connaissent pas » a-t-il déclaré.

Alors qu’une des deux jeunes filles s’est effondrée devant les contestations de l’auteur présumé, elle a précisé avoir reçu des insultes racistes de la part du prévenu lors de l’agression. « Pourquoi on n’a pas les vidéos du bus ? Pourquoi il n’y a pas de témoins ou de relevés de traces ADN sur leur vêtement ? » a poursuivi Raouf Abdi.

« La simple prise de parole du prévenu est une réquisition à elle seule »

Le procureur de la République a évoqué des propos « hallucinants » du mis en cause. « La simple prise de parole du prévenu est une réquisition à elle seule » a déclaré Bastien Diacon dans son réquisitoire.

Deux ans de prison ferme

Le tribunal n’a pas retenu les arguments de Raouf Abdi et l’a condamné à une peine de deux ans de prison ferme.

L’homme déclaré coupable devra également verser la somme de 1000 euros aux deux victimes. Un mandat de dépôt a été prononcé. L’homme qui est retourné en prison a par ailleurs été inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles.