🇫🇷 #Calais 6 mois de prison requis contre un policier pour une gifle à un migrant en plein tribunal.

Un migrant devait comparaître devant le juge mais rechignait à se laisser conduire. C’est finalement le policier qui se retrouve jugé.

● La scène s’est déroulée le 3 août 2016, à l’antenne du Tribunal de Grande Instance de Boulogne-sur-Mer qui se situe dans l’enceinte du Centre de Rétention Administrative (CRA) de Coquelles, rapporte La Voix du Nord.

Un migrant en situation irrégulière refusait vertement de se laisser conduire devant le juge des libertés et de la détention. L’homme a dû être amené de force dans la salle d’audience par deux policiers dédiés à son escorte. Mais alors que le migrant adoptait un comportement très agité, l’un des deux policiers lui aurait porté un coup au visage. C’est cet acte qui a fait débat au tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer.

Le policier poursuivi pour des violences aggravées est âgé de 44 ans. Il a évoqué à la barre, avoir eu un geste réflexe de défense en réaction au comportement agressif du migrant. La greffière au moment des faits a témoigné en décrivant le geste du policier comme une gifle.

La Procureure de la République a requis 6 mois de prison ferme (une sanction qui coûterait son poste au policier si elle était inscrite à son casier judiciaire), en déclarant : « Il y a bien eu gifle et elle ne se justifiait nullement. La personne, assise, était menottée et votre collègue la maintenait. À supposer que cette gifle fût un réflexe, cela n’atténue pas votre responsabilité. Comme policier, vous avez une obligation de sang-froid et de neutralité ».

L’avocat du policier a indiqué pour sa part qu’il contestait son caractère intentionnel : « Elle se voulait repoussoir. » et a demandé une relaxe pour son client.
Le jugement sera rendu le 23 novembre prochain.

Actu17.