Calvados : Écrouée pour avoir tué un homme de 74 ans avec un pistolet d’abattage


Un pistolet d’abattage. Illustration. (Flickr / Ethique & animaux L214)

L’affaire est particulièrement sordide.

Deux personnes viennent d’être placées en détention provisoire dans l’affaire du meurtre d’un homme de 74 ans, dont le corps a été retrouvé la semaine dernière dans le Calvados.

Il s’agit d’une femme mise en examen pour « assassinat, vol en réunion, tentative d’extorsion et destruction par incendie, un homme pour tentative d’extorsion et destruction par incendie », et d’un homme poursuivi pour « tentative d’extorsion et destruction par incendie ».

Un éleveur porté disparu

Les premiers éléments de l’enquête sur cette affaire sordide ont été révélés par France Bleu. Elle a débuté le 15 août dernier, lorsque la disparition inquiétante d’un éleveur de 74 ans a été signalée.

Le corps sans vie de Jean Ginda avait finalement été découvert dix jours plus tard au bord d’un champ, à Clinchamps-sur-Orne (Calvados).


Tué avec un pistolet d’abattage

Les enquêteurs sont parvenus à déterminer que cet éleveur, originaire de Caen, avait déjeuné chez un couple d’amis, un homme et une femme âgés de 55 et 48 ans.

Lors de ce repas, la femme avait utilisé un pistolet d’abattage sur le front du malheureux, le tuant instantanément. Les investigations ont montré que le couple avait ensuite délesté la victime d’au moins 5 000 euros qu’il détenait sur lui.

Interrogée par les enquêteurs, la suspecte dira que le coup de pistolet d’abattoir est parti par accident.

Le corps abandonné, sa voiture calcinée

Le cadavre du septuagénaire avait été déplacé jusqu’en lisière d’un champ, et sa voiture avait été brûlée, relate France Bleu.

Informé de ces actes criminels, un maître chanteur a fait son apparition dans cette affaire. L’homme, âgé de 38 ans, a tenté de mettre la main sur le butin, provoquant probablement le suicide du compagnon de la femme mise en examen.