Charente-Maritime : Un jeune homme de 25 ans poignardé mortellement en plein cœur à Royan


Illustration. (Gérard Bottino / shutterstock)

Un habitant d’un quartier paisible de Royan (Charente-Maritime) a découvert le corps sans vie d’un jeune homme qui gisait au sol, dans la nuit de dimanche à lundi. Il a donné l’alerte.

Une enquête criminelle a été ouverte après la mort violente d’un jeune homme de 25 ans à Royan. Son corps a été découvert lundi vers 1h45, par un habitant du quartier de Maine-Geoffroy, relate Sud Ouest. Il gisait dans une marre de sang, dans une allée d’un lotissement.

Du bruit dans la rue avait attiré l’attention du riverain qui a fait la macabre découverte. Les secours ont été alertés et sont rapidement intervenus, mais la victime était déjà décédée.

Le corps du jeune homme supportait une plaie à la poitrine. D’après les premières constatations, il a été tué par un coup d’arme blanche en plein cœur. La victime était pieds nus, vêtue d’un t-shirt et d’un short, a confié le témoin au quotidien régional.

Des suspects repérés avant les faits

Le lieu du crime a été protégé par un périmètre de sécurité, et les techniciens de l’Identité judiciaire ont procédé à des constatations. Dans le même temps, des policiers ont effectué des recherches dans les alentours.


Deux individus potentiellement impliqués dans le meurtre ont été vus quelques secondes avant la découverte du corps. Ils se trouvaient dans un véhicule abandonné sur place : une voiture de marque allemande mais immatriculée en Pologne, selon le témoin.

« La voiture était vide, le plafonnier était encore allumé. Déjà, avant de descendre, je les avais entendus démarrer et couper le moteur plusieurs fois », a-t-il précisé à Sud Ouest. Des prélèvements ont été effectués dans ce véhicule, qui pourrait être un élément clé de la réussite de cette enquête.

Le procureur de la République de Saintes, Nicolas Septe, a confié les investigations aux policiers de l’antenne de La Rochelle de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) d’Orléans. Un soutien psychologique a été mis à disposition du témoin de ce drame.