🇫🇷 Charente-Maritime : Un pédophile incarcéré recrute un homme sur internet pour enlever sa propre fillette.

par Y.C.
Illustration D.R.

Les policiers sont intervenus in extremis, avant le passage à l’acte du ravisseur.

Ce mercredi, deux pédophiles seront présentés à un juge d’instruction de Saintes en Charente-Maritime, suite à la tentative d’enlèvement d’une fillette de 9 ans. Son propre père voulait la faire kidnapper puis violer par un inconnu.

Un détenu repéré sur le Darknet

C’est depuis sa prison que le prédateur  a pris contact avec un autre pédophile. Des policiers spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité ont détecté les agissements d’un suspect qui s’est avéré être détenu à la Maison d’Arrêt de Bedenac.

Selon une source proche de l’enquête, l’homme avait été condamné à plusieurs années de prison pour des « faits de nature sexuelle commis sur un ou des enfants », rapporte Le Parisien.

Les suspects sous surveillance

Le détenu surfait sur un site d’échange de fichiers pédopornographiques, où les utilisateurs peuvent entrer en contact les uns avec les autres. C’est là qu’une prise de contact entre le suspect et un inconnu a été détectée.

Il programme l’enlèvement de sa fille

Les policiers se sont rendu compte que le détenu venait d’engager un autre pedophile pour faire enlever sa propre fille de 9 ans. Avisé des faits, le Procureur de la République de Saintes a ouvert une information judiciaire, relate le quotidien francilien.

Les enquêteurs de la Police Judiciaire lyonnaise ont pris en filature le pédophile en liberté, chargé de l’enlèvement. L’homme était déjà connu de la justice.

Une interpellation in extremis

À peine quinze jours après avoir détecté les agissements du détenu, les policiers s’apprêtaient à interpeller son complice. C’est samedi dernier, le 10 novembre, que tout s’est accéléré. Le pédophile chargé d’enlever la fillette a quitté sa région pour rejoindre Bordeaux. C’est là qu’il comptait kidnapper la petite fille.

Il a été interpellé dès le lendemain, dimanche, juste avant de passer à l’acte. Le suspect et son commanditaire ont été placés en garde à vue. Ce dernier a dû être temporairement extrait de sa cellule pour les besoins de l’enquête.