Cher : Un pédiatre mis en examen, soupçonné d’avoir détourné plus d’un million d’euros à la Sécu


Illustration. (Shutterstock)

Un médecin du Cher a été mis en examen pour « escroquerie aggravée » au préjudice de la Sécurité sociale. L’enquête menée par la police judiciaire fait état d’un détournement de plus d’un million d’euros.

Un pédiatre de 65 ans, dont des patients font l’éloge notamment sur des avis publiés sur internet, est poursuivi pour une fraude de très grande ampleur. Cet homme, installé à Bourges et à Vierzon (Cher), a été mis en examen ce mercredi pour « escroquerie aggravée », rapporte Le Parisien. Il est soupçonné d’avoir détourné près d’1,2 million d’euro d’argent public en usant d’un stratagème aussi simple qu’efficace, durant des années.

En analysant les chiffres qui lui sont remontés, l’Assurance maladie a remarqué que le pédiatre facturait beaucoup plus d’actes que ses confrères. Près de la moitié des consultations pédiatriques du département lui étaient remboursées.

Une anomalie conséquente, qui a poussé la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) à déposer plainte en début d’année, provoquant l’ouverture d’une enquête menée par la police judiciaire d’Orléans (Loiret). Durant leurs investigations, les policiers ont découvert que le médecin gonflait ses honoraires très facilement.

« Lorsqu’il réalisait un test de surdité, il ne facturait pas seulement le patient qu’il avait examiné, mais passait la carte vitale de toute une fratrie. Cela lui permettait d’être remboursé pour plusieurs actes médicaux au lieu d’un seul », a confié une source judiciaire au quotidien francilien.


Des actes facturés indûment

D’autres fois, le pédiatre facturait un test de vue à certains patients presque toutes les semaines. L’acte étant plus rémunérateur qu’une simple consultation, l’opération était très rentable. Les policiers ont déterminé qu’il facturait aussi l’Assurance maladie pour des actes qu’il n’avait pas pratiqués. La plupart des patients, bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU), ne payaient pas la consultation et ne se rendaient ainsi compte de rien.

Ce mardi matin, les limiers de la police judiciaire sont venus interpeller le médecin à son domicile. Il a été placé en garde à vue. Les policiers ont alors pu apprécier le niveau de vie du sexagénaire. Leurs investigations leur ont permis d’apprendre qu’il détenait un important patrimoine immobilier au Liban, d’où il est originaire, mais aussi en France, a indiqué le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue.

Des bénéficiaires de la CMU facturés par le praticien ?

Par ailleurs, les enquêteurs ont constaté que ses comptes bancaires abritaient plus de 300 000 euros. Lors des perquisitions menées dans la foulée, ils ont découvert des lettres de patients plutôt compromettantes. Certains d’entre eux lui reprochaient d’avoir payé la consultation mais être dans l’impossibilité de se faire rembourser par la Sécurité sociale.

Le juge d’instruction en charge de l’information judiciaire en cours devra également déterminer si le pédiatre faisait aussi payer les consultations aux bénéficiaires de la CMU, qui en sont normalement exempts. Malgré sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire, le médecin peut continuer d’exercer.