Christophe Dettinger reste en détention provisoire, la cour d’appel a rejeté sa demande de remise en liberté.

(capture écran Facebook)

La chambre de l’instruction de Paris a rejeté ce mercredi la demande de remise en liberté de Christophe Dettinger. L’homme restera en détention provisoire jusqu’à son procès qui se tiendra le 13 février prochain, pour « violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique ».


Incarcéré depuis le 9 janvier dernier, cet ancien boxeur professionnel originaire de l’Essonne est accusé d’avoir violemment frappé deux gendarmes mobiles durant la manifestation des Gilets jaunes le 5 janvier dernier, à Paris.

Les deux gendarmes blessés, qui se sont constitués parties civiles, se sont vu prescrire respectivement 15 et 2 jours d’incapacité totale de travail (ITT).

« Je suis conscient du caractère inapproprié des actes que j’ai commis. Je ne suis pas quelqu’un de violent » avait expliqué Christophe Dettinger, 37 ans, lors de sa demande devant la cour d’appel de Paris ce lundi.