Clichy : Blessé par balles en pleine rue, un homme frôle la mort, un suspect écroué


Illustration. (shutterstock)

Un jeune majeur de 18 ans a été mis en examen ce jeudi à Nanterre (Hauts-de-Seine) pour tentative d’assassinat. La victime, un homme de 25 ans, avait frôlé la mort après avoir été très grièvement blessé par balle près d’un point de deal à Clichy, en avril dernier.

C’est une fusillade qui aurait pu être mortelle si les secours n’étaient pas intervenus aussi vite. L’un des auteurs, un jeune homme de 18 ans, a été mis en examen, jeudi à Nanterre (Hauts-de-Seine) pour tentative d’assassinat. Il est soupçonné d’avoir participé à un règlement de compte au cours duquel un autre homme, âgé de 25 ans, a été blessé par balle à Clichy, en avril dernier.

Ce soir-là, il est 19h50 dans la rue du Maréchal-de-Tassigny lorsqu’une dizaine de détonations retentissent. Les policiers et les pompiers arrivent pour venir au secours d’un homme blessé qui git sur l’asphalte. Il est atteint de plusieurs projectiles qui ont touché un poumon et l’artère fémorale. Les secours conduisent la victime en grand danger à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris (XVe). Il est opéré avec succès et s’accroche à la vie. Les médecins établissent un certificat médical qui constate qu’il a été touché au niveau des deux jambes. L’une d’elle est brisée, l’artère fémorale a été tranchée et l’un de ses poumons est transpercé. Les urgences médico-légales lui accordent 45 jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Treize étuis de calibre 9 mm

Les enquêteurs du service départemental de police judiciaire des Hauts-de-Seine (SDPJ 92) sont chargés de mener les investigations. Ils découvrent treize étuis de calibre de 9 mm et relèvent sept impacts de balles sur le sol. Les policiers se déplacent à son chevet de la victime. Le jeune homme, encore alité, leur raconte qu’il était venu acheter du cannabis sur ce point deal lorsqu’un homme a ouvert le feu dans sa direction. Il était parvenu à sortir de l’immeuble avant d’être blessé au niveau des jambes.

Au mois de septembre, la victime est à nouveau entendue et désigne le tireur, comme étant une de ses connaissances qui était accompagnée d’une seconde personne. Mais les motivations profondes de ce règlement de compte restent encore obscures, même si les enquêteurs soupçonnent que le différend porte sur une histoire liée au trafic de drogue.

Il nie les faits mais la victime le reconnait

Les deux hommes ont été interpellés mercredi au petit matin. Le premier est surpris à son domicile de Clichy, il a gardé le silence face aux enquêteurs. Le second est extrait de sa cellule à la maison d’arrêt d’Osny (Val-d’Oise), il a quant à lui nié les faits. La victime est convoquée dans les locaux de la PJ et les deux hommes lui sont présentés lors d’une parade d’identification. Il ne reconnaît qu’un seul des deux hommes comme étant celui qui a aidé le tireur à prendre la fuite. Celui-ci a été déféré au palais de justice et le second suspect a été ramené jusqu’à sa cellule.