🇨🇴 #Colombie Une Française de 23 ans morte dans un attentat à la bombe à Bogota.

17h30. Julie Huynh, 23 ans, originaire de Parigné-l’Evêque (Sarthe), est la française tuée dans l’attentat de Bogota.

(photo Facebook)

_

L’explosion, dans les toilettes pour femmes d’un centre commercial, a par ailleurs fait 9 blessés.

Le maire de Bogota a dénoncé un « attentat lâche ». Au moins trois personnes, dont une Française, ont été tuées et 9 blessées samedi après-midi dans un attentat à la bombe perpétré dans un centre commercial d’une zone touristique de Bogota, a-t-on appris de sources hospitalières colombiennes.

Selon les premiers éléments communiqués par la police, l’explosion s’est produite vers 17h (minuit, heure française) dans les toilettes des femmes du centre commercial, situé dans une zone très fréquentée par les étrangers et à la veille de la fête des pères.

Une Française de 23 ans et deux Colombiennes âgées de 27 et 31 ans « sont décédées de leurs blessures », a indiqué dans un communiqué la clinique où les victimes ont été hospitalisées. Quatre blessés sont dans un état critique, a précisé l’établissement. Le président colombien Juan Manuel Santos a de son côté condamné l’attentat et aussitôt ordonné au chef de la police nationale, le général Jorge Nieto, d’ouvrir une enquête.

La victime française était venue « fournir un service social dans un collège »

La jeune Française était venue en Colombie pour « fournir un service social dans un collège d’un quartier populaire de Bogota durant six mois », a indiqué le maire de la capitale, Enrique Penalosa, à la presse. « Effectivement, il s’agit d’une jeune Française de 23 ans, qui malheureusement est décédée dans l’attentat (…), elle était en visite dans le pays », a déclaré de son côté à la radio Blueradio l’ambassadeur de France à Bogota, Gautier Mignot, selon qui « la jeune femme était apparemment accompagnée de sa mère ».

Le centre commercial a été évacué tandis que policiers, ambulanciers et pompiers arrivaient et bouclaient la zone. « On s’occupait des clients quand on a entendu une explosion au second étage », a raconté Michael Montoya, qui travaille dans une boutique du troisième étage.

« Avec ma collègue Viviana, on est descendus voir ce qui s’était passé et on a vu des gens qui pleuraient et saignaient. C’était dans les toilettes, d’où sont sorties des femmes en pleurs. Il y avait beaucoup de fumée et la sécurité nous a dit d’évacuer », a-t-il ajouté.

L’attentat n’a pas encore été revendiqué

Le président colombien a fait savoir sur son compte Twitter qu’il se rendrait sur place. « Ma condamnation la plus énergique de l’attentat au CC Andino. De retour à Bogota pour prendre en main la situation », a-t-il tweeté.

En savoir plus : bit.ly/2rEg…