Confinement : Les policiers du Calvados appelés à lever le pied dans certains quartiers durant le ramadan


Illustration. (Shutterstock)

Dans une note interne, les policiers du Calvados sont invités à limiter leurs interventions aux atteintes aux personnes ou aux atteintes graves aux biens, dans les quartiers où beaucoup d’habitants observent le mois du ramadan.


Il s’agit de consignes datées du 22 avril, venant du chef d’état-major de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Calvados, à l’attention de tous les policiers du département.

« Sauf atteinte aux personnes ou atteinte grave aux biens (dégradations par moyen dangereux pour les personnes, de bâtiment, véhicule), il n’y a pas lieu d’intervenir dans les quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan, pour relever un tapage, contrôler un groupement de personnes rassemblées après le coucher de soleil pour s’alimenter », peut-on lire dans cette note interne que nous avons consultée.

Des interventions systématiques selon Christophe Castaner

Alors que plusieurs nuits de violences urbaines se sont enchaînées cette semaine, notamment en Île-de-France, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner interrogé par BFMTV, a expliqué qu’il y avait « plusieurs causes » à ces actes.

Il y a « l’effet du confinement, la dureté du confinement pour ces jeunes gens, la plupart sont jeunes », a-t-il insisté, ajoutant que les forces de l’ordre intervenaient « systématiquement » mais que le gouvernement se devait aussi « d’accompagner ces jeunes ».


« Les opérateurs répondront aux requérants que leur appel est pris en compte, et veilleront à ne pas faire de commentaire »

Des paroles différentes des consignes écrites donc, en tout cas dans le Calvados. « Monsieur le directeur demande à tous les personnels de la DDSP de faire preuve de discernement en la matière, afin d’éviter qu’un manquement aux règles de confinement ne dégénère et provoque un trouble supérieur de violences urbaines », explique cette note interne qui précise que « les opérateurs répondront aux requérants que leur appel est pris en compte, et veilleront à ne pas faire de commentaire ».

Une note dont la validité va « du 24 avril de 5h09 jusqu’au 23 mai à 21h52 ». D’autres départements ont-ils diffusé des consignes similaires, alors que les mesures de confinements restent inchangées jusqu’au 11 mai prochain ? La question reste à ce stade sans réponse.

Selon Le Canard Enchainé dans son édition du 25 mars dernier, le secrétaire d’État à l’Intérieur Laurent Nuñez, qui s’exprimait à l’occasion d’une visioconférence réunissant, le 18 mars dernier, les préfets de zone de défense, a indiqué que « ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans certains quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements ».

Un préfet de la zone Sud-Est a répondu ce jour-là, toujours selon l’hebdomadaire, qu’« il ne fallait pas mettre le feu aux banlieues en essayant d’instaurer un strict confinement ».