Coronavirus : 75 agents pénitentiaires et 31 détenus testés positifs au Covid-19


Illustration. (©PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP)

Ce chiffre est en constante hausse, ce qui montre que le coronavirus circule en prison, alors que la situation est tendue dans les centres pénitentiaires français en raison de cette pandémie.

75 membres du personnel pénitentiaire et 31 détenus ont été testés positifs au Covid-19, d’après un dernier bilan de la Direction de l’administration pénitentiaire, rapporte franceinfo.

881 agents pénitentiaires font également l’objet d’un placement en quatorzaine et 138 en sont sortis. Concernant les détenus, sans compter les 31 cas confirmés de contamination, 683 se trouvent en « confinement sanitaire » et 176 en sont sortis.

Des masques pour le tout le personnel pénitentiaire

Les surveillants pénitentiaires ont été dotés de masques chirurgicaux. Ne pouvant être utilisés que durant six heures au maximum, les agents qui doivent assurer des permanences plus longues, vont en percevoir deux exemplaires, relate France Bleu.

Pour le service de nuit, les surveillants pénitentiaires vont être dotés d’un seul masque par agent à n’utiliser qu’en cas d’intervention en cellule, d’après le syndicat UFAP/UNSA Justice. Ce dernier regrette qu’aucune instruction d’emploi n’ait accompagné leur distribution. S’il considère que cet arrivage est « mieux que rien », le syndicat précise que l’inquiétude ne s’est pas dissipée chez le personnel qui redoute de longs délais de réapprovisionnement.


Le Conseil d’État avait été saisi

Des syndicats de surveillants pénitentiaires dénonçaient leurs conditions de travail sans possibilité de se protéger depuis plusieurs jours. Vendredi, le syndicat FO-Pénitentiaire avait saisi en référé-liberté le Conseil d’État pour tenter de contraindre l’État à fournir au personnel des prisons des moyens de se protéger face au coronavirus.

Dès samedi matin, « tous les personnels qui seront en contact avec la population pénale vont se voir dotés de plus de protections », avait annoncé Emmanuel Baudin, secrétaire national de ce syndicat. Sans « ce référé liberté, je pense que nous aurions encore passé ce week-end sans masques », avait-t-il ajouté.