Coronavirus : Des croisiéristes refoulés par des manifestants à La Réunion, des heurts ont éclaté


Navire de croisière Sun Princess de Sun Cruises. (Flickr / Bernard Spragg)

Barricades, jets de projectiles, feux de poubelles. Par crainte d’une épidémie de coronavirus, des manifestants ont refoulé des touristes d’un bateau de croisière arrivé à La Réunion.

Des croisiéristes n’ont pas eu l’accueil escompté à La Réunion, ce dimanche matin. L’arrivée du navire Sun Princess, qui abrite près de 2 500 passagers n’est pas passée inaperçue.

Des heurts ont opposé des policiers à des émeutiers bien décidés à empêcher le débarquement de touristes voyageant à bord du paquebot.

Ils réclament plus de sécurité sanitaire

Le navire en provenance d’Afrique-du-Sud, a accosté dans le Port-Est de la Réunion. Présents depuis le petit matin, une trentaine d’habitants de l’île ont protesté devant le portail de la gare maritime de la commune du Port, réclamant des mesures sanitaires pour éviter la propagation du Covid-19.

Aucun cas de coronavirus n’a été détecté à La Réunion à ce jour.


Des vacanciers empêchés de sortir

C’est en milieu de matinée que la situation a dégénéré. Au moment où environ cinquante croisiéristes ont voulu sortir du port, ils ont fait face à des manifestants les en empêchant.

300 vacanciers avaient déjà eu le temps de partir en excursion sur l’île en bus ou en taxi. Les croisiéristes ont dû annuler leurs excursions et sont restés confinés à bord pour la plupart.

Un agent de l’agence régionale de santé (ARS) qui était présent sur le quai avait mis à disposition un stock de masques et de dépliants indiquant les précautions à prendre. Aucun des 300 touristes n’avait pris de masque, rapporte Le Point.

Des affrontements avec la police

Lorsque les policiers sont intervenus, ils ont reçu une pluie de projectiles, et ont répondu avec du gaz lacrymogène. Des barricades ont été montées et des poubelles incendiées. Les affrontements ont duré plusieurs heures, jusqu’en début d’après-midi.

Plusieurs interpellations

Les forces de l’ordre ont interpellé trois émeutiers, des individus déjà connus défavorablement par leurs services, relate franceinfo. Ils ont été placés en garde à vue.

Le Sun Princess, battant pavillon britannique, avait déjà été refoulé de Madagascar le 13 février dernier. Il est reparti dans la soirée en direction de l’Île Maurice.